themeadowsofheaven Index du Forum
 
 
 
themeadowsofheaven Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Chroniques

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    themeadowsofheaven Index du Forum -> The meadows of heaven -> Vos récits
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
LadElskan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Jan 2011
Messages: 82
Localisation: lost

MessagePosté le: Ven 18 Fév - 17:28 (2011)    Sujet du message: Chroniques Répondre en citant

extraits d'une ébauches d'une petite histoire où la vie des uns et des autres s'entremelent, avec présentation des personnages, leurs aspirations, leurs caractéres... ceux co-écrit seront à l'appréciation de son auteur! Au départ, il s'agissait d'un jeu et en résumant leurs histoires respectives durant le jeu... ben y a de quoi écrire!


  
 
LYON DANS CE MONDE MEDIEVAL-FANTASTIQUE 
 
ORIGINES 
Ca Fait un sacré bout d’temps que Lyon dresse ses remparts. Au moins quelques siècles, pour sûr. Crois en mon âge, c’était une cité flambant neuve.
A l’époque, c’est le Seigneur Felmor Stoneater, un humain conquérant dont les légendes content les exploits, qui posa la première pierre des murailles de Lyon. A l’origine, Lyon devait servir de base d’approvisionnement pour permettre de conquérir le reste du continent. Mais quand on se rendit dans les montagnes au Nord, les nains qui habitaient l’Empire souterrain de Karak Varn expliquèrent cordialement à grand renfort de marteaux que les montagnes leur appartenaient et qu’il était hors de question d’y poser vos sales pattes, bandes d’imberbes. Donc les arrivants s’installèrent autour des montagnes. Lyon, construite bien avant les autres, avait déjà dressé de solides remparts, possédait un marché interne très bien développé, et une organisation politique solidement dirigée par le gantelet de mailles de Felmor Stoneater. Seulement, on découvrit assez vite des tensions au sein de la Cité Souveraine, comme on la nommait alentours, et les rixes internes qui opposaient les idéologies furent bien vite sanctionnées et réglées. Ainsi Felmor fit bannir toutes les personnes qui répandaient le désordre à l’intérieur des murs. Libérées ainsi dans le continent d’Or’hammelsk, les personnes ainsi exilées ne réussissaient toujours pas à se mettre d’accord, ce qui les sépara encore en deux clans distincts qui partirent à l’opposé l’un de l’autre, une fois le col des Monts du Lyonnais traversé. Ainsi furent fondés les cités de Marseille, grand Port Marchand, et Castelmort, dont on ne connaît finalement que peu de choses, sinon que c’est un lieu mal famé.
Petit à petit, les cités évoluèrent selon leurs règles propres et prirent ainsi un rôle dans l’Organisation du continent. Lyon était le centre majeur de décisions, et on savait qu’il existait un bon nombre d’accord commerciaux avec Marseille. Pour le cas de Castelmort, on disait que la ville était comme un immense centre pénitentiaire sans grilles, ni murs.
Un jour cependant, Felmor vint à mourir de sa belle mort, et les ennuis commencèrent. Bien qu’étant la coqueluche des dames, il n’avait pas le moindre descendant. Le débat de la succession devint alors houleux, et on décida de régler le tout par un tournoi qu’on nommerait plus tard « La Joute Bureaucratique ». Bien que toute la population n’était pas tout à fait d’accord avec l’idée de confier le pouvoir à quelqu’un juste parcequ’il aurait été suffisamment fort pour vaincre tous ses adversaires, le tout dans un bain de sang administratif, il advint que Lornikk Vérégost remporta le trône. Il y régna pendant Sept Cent longues minutes avant d’être jeté hors de la ville par le peuple en colère après avoir demandé « pourquoi qu’on se servait pô des militaires balèzes pour régler les problèmes admeu… adméno… Admuni… de tapettes, quoi ».
La voie du vote mit sur le trône Serménor Lacathia, une Comtesse elfique de grande renommée qui sut gérer la ville pendant de longues années. Ainsi on décida que la succession se ferait toujours de cette façon-là. De nombreuses longues années de béatitude s’écoulèrent alors.
Pendant ce temps, Castelmort grouillait toujours de vilénie, et un Baron Vampire prit bien vite le contrôle de la ville, de façon beaucoup moins démocrate qu’à Lyon. Le problème de la politique ne se posa jamais à Marseille, vu que la ville était sous le contrôle du Consortium des marchands.
A Lyon, la vie devenait végétative, vu qu’il n’y avait plus de problème. Et si les rues étaient paisibles, les sous-sols de la ville et les tavernes mal famées recelaient de complots. Des guildes commencèrent à se former dans l’Ombre, comme la Horde des Damnés, qui commença à se faire craindre dans les nombreux cimetières de la ville, qui devinrent alors un lieu d’exécution sauvage. Personne ne voulait affronter une masse de morts-vivants qui se relevaient à chaque fois. Heureusement qu’ils ne tentèrent rien de trop violent. Un jour, seulement, le Rassemblement du Bosquet Druidique tapa du poing sur sa table (en chêne) et grogna haut et fort que bon, quand même, il y en avait ras le bol des trucs qui sont jamais morts. Dans la foulée, les voleurs profitèrent que l’attention soit reportée ailleurs pour commencer à mettre le bazar dans les rues. Et comme les Templiers étaient très occupés, on découvrit la face cachée de l’Iceberg, alors qu’elle commença à se faire craindre après une série de meurtres commis au su et au vu de tous : l’Apocalypse, un rassemblement de personnes recherchées par les autorités pour divers motifs mais bonnes raisons, dont le but était simple : Destituer le pouvoir en place pour dominer Lyon « comme elle devrait l’avoir toujours été ». Seulement, personne n’avait envie de faire confiance aux méthodes politiques de l’Apocalypse (qui s’étaient révélées plutôt morbides ces derniers temps), et une guerre des guildes se déclencha alors que Lyon entrait tout juste dans sa plus belle période. Karlat, l’Eventreur de la Horde des Damnés, qui s’avérait être une liche redoutable, finit par être tué au cours d’un combat contre la Garde Lyonnaise auquel s’était mêlé un groupe d’aventuriers. Et la première Décadence de Lyon commença à ce moment là.
La Chute de Karlat provoqua un grand trouble dans les rangs des morts-vivants, qui s’effondrèrent d’eux même après une période mystérieuse où ils semblèrent encore obéir aux ordres de leur supérieur. La Horde disparue, une attaque massive fut lancée contre l’Apocalypse : l’espionnage perpétré par des aventuriers (encore là ou il faut pas, ceux-là) avait permis de localiser leur quartier général, à Marseille. La bataille fit rage, les dégâts infligés au personnel militaire Lyonnais furent terribles, toute la garde avait été envoyée hors de la ville pour ce faire. Mais finalement, Clement Galpent, un terrifiant gnome, qui dirigeait la Guilde, tomba finalement, dans un accès de rage. Des rumeurs disent qu’on l’aurait aperçu à nouveau un peu plus au Sud, mais ce ne sont que des ragots, bien sûr.
Seulement, comme la garde avait été envoyée à Marseille pour annihiler l’Apocalypse, la ville était restée aux mains des voleurs qui s’en donnèrent à cœur joie et mirent la ville à sac. Quand les Soldats revinrent, ils furent relativement vexés de trouver sur la porte de la garnison un parchemin qui disait : « sairvé vou ».
Mais dans le chaos qui régnait alors surgit alors une menace que personne n’avait vu venir. Un groupuscule de mages qui semblait surgir tout droit des cendres de la Horde des damnés apparut soudainement, dirigé par une jeune dame très connue des autorités locales pour diverses affaires de Vampirisme : Dame Zed, qui se prétendait alors « Grande Prêtresse de l’Immortel » et avait dressé un culte sectaire autour d’une entité parfaitement inconnue, mais qui servait de bannière de ralliement à tous ceux qui erraient avec désespoir depuis la disparition de Karlat. Les Acolytes de l’Immortel manipulaient une forme étrange et inconnue de magie qui fit des dégâts colossaux dans l’intégrité structurelle de la ville, qui ne tint d’ailleurs pas le coup. Après quelques semaines de lutte interne à laquelle les gardes n’étaient absolument pas préparés, contre des ennemis desquels ils ne savaient rien, il n’y avait plus rien à diriger à Lyon. La majeure partie de la population avait fui la ville, le reste avait été tué dans des combats opposants les Acolytes et la garde. Petit à petit, l’intégralité des défenses lâchèrent, et les Acolytes régnèrent en seuls maîtres sur les ruines fumantes de Lyon. On raconte que leur grande prêtresse disparut le jour-même ou les hostilités éclatèrent ouvertement avec un attentat contre le palais.
Il y avait des survivants à Lyon, qui se cachaient là ou ils pouvaient, mais la terreur des Cagoulés était omniprésente. Et sans le moindre chef, leur soif de cruauté était devenue leur seul moteur. Puis un jour, ils se mirent à obéir à un Seigneur Vampire pour des raisons obscures. Ce dernier, vraisemblablement venu pour remplacer Dame Zed, leur ordonna de laisser tomber les ruines de Lyon et de s’attaquer au Bastion suivant : l’imprenable cité de Karak Varn. Arrivés là-bas, ils rencontrèrent une opposition farouche des nains, qui n’avaient pas l’intention de se laisser faire. Même si l’attaque fut plus difficile, cependant, vu la détermination et la ténacité des nains, les portes de la cité finirent par craquer et il se reproduit avec Karak Varn ce qu’il s’était passé à Lyon. La ville fut désertée. Le Seigneur Vampire qui dirigeait alors les Acolytes se fit une joie de ressusciter Araqsalil, un vieux dragon craint des nains et qui avait été tué après une bataille féroce. Même les démons du Nazgul ployèrent le genou après la défaite qui fut infligée à leur maître.
Puis les Cagoulés suivirent leur nouveau chef, qui leur offrait tant de nouvelles richesses, pour aller s’installer à Castelmort, là où finalement, ils passaient presque inaperçus. Un Manoir d’Opulence leur servait de quartier général, et ils riaient de façon gutturale en buvant à la gloire d’une entité divine dont ils n’avaient toujours eu aucune preuve d’existence.
Puis un jour on frappa à la porte. Et quand on alla ouvrir, on frappa aussi à l’intérieur lorsque le crâne d’Araqsalil traversa la moitié du couloir (et au passage de la maison), lancé par une catapulte activée par une douzaine de nains furieux. Pendant le siège de Karak Varn, on avait eu le temps de faire évacuer une bonne partie de la population, notamment les meilleurs guerriers nains, mais aussi les Doyens de la ville, la guilde des Demi-pleins. Et c’étaient ces derniers qui avaient été retrouver Araqsalil dans les souterrains, pour lui expliquer poliment que même en revenant après quarante ans, ces terres ne lui appartenaient toujours pas. Une fois Karak Varn reconquise, car elle n’avait pas été détruite au point de Lyon, juste désertée, les Nains foncèrent dans les ruines de Lyon et appelèrent tous les survivants, rassemblèrent toutes les armes de siège encore en état de servir, comptèrent les femmes, les enfants et les tonneaux de bière. Et La Vengeance de deux peuples s’abattit alors sur le Manoir de Castelmort, dominé par le Seigneur Vampire qui se contenta de prendre la fuite juste après le début des hostilités. La bataille fut courte, et les Acolytes se retrouvèrent pris au piège de leur manoir, alors que les combattants, humains, elfes, nains, tous confondus, pénétrèrent dans la bâtisse et la mirent en pièce, pilonnée par une demi-douzaine de catapultes placées en cercle (qui lançaient un nain dans le tas de temps en temps pour rigoler un peu).
Les Acolytes qui avaient été capturés, car quelques uns avaient réussi à prendre la fuite quand même, furent jugés rapidement et exécutés de façon exemplaire. Puis Lyon fut reconstruite lentement mais sûrement, avec le secours et la collaboration des peuples environnants. Lyon, la Cité Souveraine, venait de renaître de ses cendres après de longs mois de mort et de dévastation.
Quelques années se sont écoulées depuis la reconstruction de Lyon. Et les survivants de l’époque ont eu trop lourd de souvenirs à porter pour rester dans ce lieu, une bonne partie à donc émigré. C’est pourquoi peu d’habitants actuels de Lyon sont conscients que la ville à été reconstruite il n’y a pas si longtemps.

La seule trace de cette sombre époque est une stèle mémoriale dans chaque cimetière de Lyon et de Karak Varn, en l’honneur des innocents tombés à cette sombre époque, ainsi qu’une plaque de marbre de remerciements qui fut déposée dans Karak Varn par le gouvernement provisoire de Lyon, après les événements.
 
 
PLUS TARD 
 
Lyon aujourd'hui a bien changé, c'est presque la paix.
Les paladins, les druides et les nains ont vaincu leur leur ennemis. L'Apo est démantélé, les drows se terres dans leur royaume, les draconniques restent dans leur forteresse se desintêressant des autres races, les halfings ont trouvés un endroit où ne rien faire depuis le casse du Casino, la Pégre Marseilaise a trouvé un nouveau marché trés juteux à faire avec Ajaccio et les habitant de l'ile de beauté.
Les seules ombres aux tableaux sont le Mille-Fois-Nommés et Israfel.
Crocell et Elle continu à voyager dans le monde, semant la pagaille où ils peuvent.
Ellaréis et Tessios vivent tranquillement depuis que le Croc s'interesse à la Corse.
Les Turner vivent tranquillement ensemble, regardant grandir leur fille, promis à un belle avenir.
Kalmir régne maintenant sur Karak Varn d'ne main de maitre, en repoussant sans cesse les gobelins, patrouillant régulierement avec ses marteleurs dans les sombres entrailles de Karak Varn, prévenant ainsi tout invasion.
Les commandant Lacrima et Sandra vieille sur Lyon avec autant de justice que leur mentor Chris Bullow, tandis que Maldrach, a repris les troupes d'assaut de Télpérion.
Chris Bullow et sa soeur Pinot sont retournées sur l'ile où elles ont grandies.
Chris Bullow a pris une retraite bien mérité et s'occupe de sa fille Ellareis. là, elle a rencontré un ami d'enfance avec qui est s'est liée. Mariée, heureuse, elle profite enfin de la vie.
 
 


 

_________________
La vie n'est rien d'autre qu'une série de pièces. Et ceux avec qui on est coincés font de notre vie ce qu'elle est.


Dernière édition par LadElskan le Ven 18 Fév - 19:12 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 18 Fév - 17:28 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
LadElskan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Jan 2011
Messages: 82
Localisation: lost

MessagePosté le: Ven 18 Fév - 17:47 (2011)    Sujet du message: Chroniques Répondre en citant

MAGENTA  
 
ASPECT PHYSIQUE. 
 
Age: 17 ans. 
Taille: 1,68 métres. 
Poids: 54 Kg. 
Cheveux: Rouge Magenta. 
Peau: Orange avec des teintes rouges. 
Yeux: Rouges. 
Signes particuliers: Une peau légerement écailleuse. 
 
QUALITES ET DEFAUT. 
 
Qualités: courageuse, naive, instinctive. 
Défaut:maladroite, manipulatrice, capricieuse. 
 
 
HABITUDES. 
 
Magenta a passé la majeure partie de sa vie à fuir et à se cacher, aussi elle n'a pas vraiment d'habitudes. 
 
PEUR. 
 
Elle a vu mourir le peu de gens qu'elle a aimée, maintenant, elle évite de trop s'attacher aux autres de peur de souffrir encore en voyant un être cher partir. 
 
BUT. 
 
Vivre en paix sans devoir fuir. 
 
PERSONNALITES. 
 
Magenta n'est pas a ce qu'on appele une jeune fille timide, même si elle se montre un peu méfiante, elle accorde trés vite sa confiance si on s'occupe un peu d'elle. Trés attentive, elle écoute systematiquementr ce que lui dicte son instinc, que ce soit pour le pire comme le meilleur. Cela dit, malgré cette crédulité qu'elle affiche, c'est aussi une tueuse impitoyable, surtout quand on s'en prend aux gens qu'elle aime. 
 
 
 
Tout avait bien commencé pour Scalyanne Vérandiel. Fruit de l'union d'un dragon et d'une humaine, cette magnifique rousse à la peau de feu grandi dans son petit village où elle fut trés tot remarquée par son don pour le chant et la musique. Meilleure éléve, elle sera pourtant chassée de son école quand les premiers changements dûs à son héritage commencéront, et lorsque sont apparues ses ailes, sa mére et elle dure fuir leur village et parcourir les routes de ville en ville, jusqu'à trouver un refuge où la difference de Scalyanne ne serait plus un probléme et enfin vivre en paix. Cela dit, elle ne comprennait pas pourquoi elles n'avaient plus de maison où vivre, souvent elle demandait à sa mére. 
"- pourquoi les gens ne nous aiment pas maman? demandait elle souvent. C'est parce que je suis pas comme les autres? 
- Oui ma fille, les gens n'aiment pas ceux qui sont differents. Certains ont parfois peur! 
- C'est mal alors d'être pas pareil? 
- Non, ce n'est pas mal... Au contraire, tu as un don Scalyanne. C'est l'héritage de ton pére. Ca te rend supérieur aux autres gens, et tu doit être fier de ce que la nature t'as donnée." 
 
 
 
 
Au bout de deux années, ils trouverent finalement refuge à Orléans. Sa mére trouva un travail de serveuse chez au aubergiste, ancien aventurier à la retraite qui n'avait pas de préjugés sur les demi-dragons. Là, ils pouvaient enfin arreter de fuir... du moins s'il n'avait pas eu cette fameuse nuit. Ce soir là, Scalyanne était sortie quand la fête battait son plein dans l'auberge... quand elle revint, c'est un horrible carnage qu'elle retrouva. Tous ceux qui étaient présent avaient été massacrés, sa mére comprises. Elle ne pu même pas lui dire au revoir. 
A ce moment, un nain se présenta à elle sous le nom de Albnar Rochéfritte et lui raconta les faits auxquels il avait survécu, et se proposa de l'accueuillir, ne pouvant se résigner à laisser une enfant seule dans une si grande ville. 
"- Comment te nommes tu jeune fille aux cheveux magenta? 
- Scalyanne. Repondit elle en pleurs. 
- Toi et moi sommes les seuls survivants. Tu as de la famille ici?... Non, si tu acceptes de me suivre, je pourrai t'aider. Tu sera avec d'autres enfants. Tu veux venir. 
Scalyanne opina et suivi le nain. Là-bàs, elle se trouva avec d'autres enfants qui comme elle avait perdi les leurs. 
 
 
 
 
Durant ses années, auprés de ce nain, Scalyanne apprenait l'art de la dissimulation et de tuer. Ce dernier lui disait pour la motiver que les gens qu'elle assassinait était des êtres vils qui ne reculaient devant rien pour s'enrichir, qu'elle protégeait d'autres enfants de la guilde. Et c'est ainsi qu'elle devint un assassin redoutable. 
C'est l'année de ses 15 ans qu'elle rencontra un jeune demi-elfe nommée Laraldorn. Trés vite, ce fut passionnel entre les deux sang-mélés tant qu'elle songeait à quitter la Guilde pour vivre avec son jeune ami. 
 
 
 
Le destin allait encore la frapper car Laradiel sera retrouvé assassiné. Aprés quelques jours de chagrin dont elle n'est toujours pas complétement remise, elle compris qu'elle ne voulait plus jamais travailler pour Rochéfritte. Ce soir là, le vieux nain était ivre et il n'avait plus cet air sage qu'elle avait l'habitude de voir. 
" - Maitre. Je vais partir. 
- Tu vas quoi? Partir? 
- Oui. 
- Ahaha... tu crois que tu peux quitter la guilde comme ça? l'air sournois. 
- Maitre, j'ai promis à laradiel que j'arrêterai tout ça. 
- Ton Laradiel, il est mort. Tu N'as pas d'autres choix que de rester. 
- Je dois partir. 
- Tu restes. Tu m'appartiens, tu es à moi, tu comprends. A MOI!" 
Scalyanne fut surprise de sa réaction. Elle croyait que celui-ci la laisserai partir, au lieu de ça, elle se sentie traitée comme un objet et ne pu répondre. 
- Pourquoi crois tu que je t'ai recueullie? Pour que tu serves mes intérêts! Tu croyais que c'était par compensation peut-être? Pauvre idiote que tu es, seul tes pouvoirs m'intêresse chez toi! Pourquoi crois tu que j'ai imaginé ce scénario, le jour où ta mére est morte. Hé oui, stupide garce, c'est moi qui est fait tué ta mére comme j'ai tué ton petit ami. Tu aurais du voir comment il a rampé à mes pieds pour que je lui accorde une once de pitié. 
- Vous.. c'est vous qui les avait tués. 
- Oh oui, et je tuerai tous ceux qui s'approcheront de toi. Tu es et sera à jamais mon... 
Le vieux nains ne finira pas sa phrase, la jeune fille se jeta sur lui et serrait les mains autour de la gorge, exerçant sur lui une pression de plus en plus forte. Tandis qu'elle le tuait à mains nues, des larmes de sang coulaient sur ses joues. Les derniers mots que Albnar Rochéfritte entendait étaient ceux ci. 
"Plus jamais tu ne fera de mal à ceux qu'aime MAGENTA." 
 
 
 
 
 
Magenta, désormais se sera son nom. Ce départ depuis Orléans était l'occasion pour elle de recommencer une nouvelle vie, une autre vie qui commença le jour où elle arriva à Lyon et rencontra une femme à la peau et aux cheveux pàles nommée Trystallia D'Amariin. Comme elle, il coulait dans cette femme le sang d'un dragon et avait souffert de l'ignorance des humains. 
Alors qu'elle faisait connaissance, un autre demi-dragon du nom de Valandil se présenta à eux en contant en draconnique les histoires de l'ancien temps. 
C'est alors que Trystallia leur présenta son projet qui emballa Magenta. Cette derniére avait pour idée de construire sur d'anciennes ruines dans un endroit nommé la Fournaise, une forteresse où les hybrides draconniques pourraient enfin vivre en paix, elle avait déjà soumis quelques impures qui adoraient un dragon mort nommé Kerak'hass et les travaux avançaient doucement. 
 
 
 
Les choses par contre n'étaient pas si simple, nombreux sont les factions qui peuvent se montrer hostile et certains accords devaient être pris pour vivre en paix. Seuls le dracoliche de la Fournaise et les gardes de Lyon avaient acceptés un accord de non-agression. Magenta pouvait librement aller à sa guise dans Lyon, une ville protégée par des hybrides argentés, et vivre à la Fournaise, impatiente que celle-ci soit fini. 
Magenta se sent enfin libre, et savoir qu'elle n'a plus à se cacher et qu'elle n'est plus seule la rend de plus en plus détendue. 
 
Tout se passe bien Magenta. Elle s'est même fait une amie halfing dans Lyon. 
Elle a également recontrer une autre hybride comme elle, mais le courant ne passe pas rés bien entre les deux. Magenta se dit que le comportement de Kazielle, qui s'avére être la soeur de Trystallia, doit être due au fait qu'elle est vieille. 
En effet, Magenta trouve le langage grossier de Kazielle trés vulgaire et extrémement choquant. 
D'ailleurs, elle a pas aimé ses allusions sur sa virginité. La seule chose que Magenta semble apprécier chez elle, c'est un gout pariculier et connaisseur pour la musique, lui donnant par là envie de faire un effort. 
 
 
 
Quelques temps plus tard, elle croisa à nouveau Kazielle. Encore une fois, les échanges entre les deux hybrides fut houleux. Cette fois ci, il s'agissait de la tenue de Magenta, Kazielle l'a trouvée trop légére pour une jeune fille, aussi forte soit elle. 
Magenta lui demandais de quoi elle se meler, et que c'est pas à une femme aussi grossiére de lui dire ce qu'elle doit faire. Aprés cette échange, elle claqua la porte et partie vadrouiller en ville. En Colére. 
Ces deux là allaient avoir de drole de relations.c'est par un soir d'automne que Magenta trainait, seule à la recherche de fleurs pour décorer sa tente à la Fournaise. Plus tôt dans la semaine, elle était allée à Marseille avec Valandil et c'est de là-bas qu'elle revenait. Toute contente. 
Tout allait bien quand un nain, par sa présence stupide et ces fausses ailes de dragon rouge se metta sur son chemin. Cela suffisait pout mettre Magenta hors d'elle même. Ses yeux commencérent à pleurer des larmes de sang et ses ailes s'enflammérent avant qu'elle ne se jette sur le ain pour la battre. 
Malheureusement, un disciple du dragon d'argent, un garde appris t'elle par la suite, l'empécha d'assouvir sa colére, et même l'intervention d'une hybride, apparement aussi pure, ne pu empêcher ce garde d'abuser dson autorité. Heureusement, cette draconnique pu s'enfuir. 
Magenta avait été bien traitée dans sa cellule, elle eu même pu recevoir la visite de Valandil qui lui promis de sortir. Effectivement le lendemain, Trystallia la libera de sa géole. 
Une fois qu'elle eu mangé à sa faim, Magenta s'effondra en larmes dans les bras de Trystallia. L'épreuve avait été trop dur pour elle... 
Peu de temps àprés, elle fit connaissance d'une nouvelle amie, une elfe semi-dragonne comme elle nommée Elrang qui partage comme elle les mêmes gouts. 
 
 
Quelques temps plus tard. Apres que Kazielle fut blessée par une brute dans la forêt des gobelins, Magenta eut une révélation sur les nains. Elle appris qu'il y avait de sorte deux nains. Certains oeuvrent pour le bien tandis que d'autres sont vils et cupides, tels celui qui avait tué sa mére et Laradiel. Ceux là étaient appelé duergars et étaient les ennemis des nains qui vivent dans la région. Ils racontent qu'ils commercent avec les drows, des elfes dégénérés à la peau sombre qu'Elrang ne portent pas dans son coeur. Peut etre est ces mêmes elfes qu'elle avait croisé avec les siens lors d'une sortie dans la forêt, il y a quelques temps de ça. 
Cette révélation eut lieu lorsque dans les bois, Trystallia parti "conseiller" le grand abruti qui avait failli tuer sa soeur de ne plus s'aviser de recommencer, et Magenta promis donc de ne plus s'en prendre aux nains de la région, à condition que ceux ci ne la provoquent pas. 
Le lendemain matin, elle racontait les péripities de la vieille à Valandil qu' elle décida d'emmener faire les boutiques afin de mieuxl'habiller. 
 
Mais le destin joua à nouveau contre, ses compagnons l'abandonnérent à son tour car personne n'arrivait à s'entendre. Quand à Valandil, il parti au loin àprés qu'elle lui est déclarée sa flamme, ne supportant plus la malédiction qui était la sienne. 
A nouveau seule, elle rumine, et dans sa souffrance, elle rejette et méprise le monde qui l'entoure. 
 
 
 

_________________
La vie n'est rien d'autre qu'une série de pièces. Et ceux avec qui on est coincés font de notre vie ce qu'elle est.


Revenir en haut
LadElskan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Jan 2011
Messages: 82
Localisation: lost

MessagePosté le: Ven 18 Fév - 17:54 (2011)    Sujet du message: Chroniques Répondre en citant

CHRIS BULLOW            
 
            
Aspect Physiques:
Age: 40 ans


Taillle: 1, 70m


Poids: 58 kg


Cheveux: Noir, avec quelques racines de cheveux blancs


Peau: Metissée


Yeux: Verts et Marrons


Signe Particulier: Yeux veirons et une légére cicatrice au niveau de l'arcade sourcillaire

Qualité:loyale, courageuse, sage, protectrice, empathique

Défauts:
dépressive, têtue, froide, sarcastique



Habitudes:
Chris a l'habitude en-dehors de ces heures de services s'enfermée dans son bureau pour consulter divers ouvrages afin de prendre connaissance des divers créatures maléfiques qui hantent ce monde. Parfois, elle peut se laisser à s'amuser mais sa fonction lui laisse peut de temps libre, aussi est elle en permanence prête quand le devoir l'appele.

Peur:
Peu de chose effraie Chris. Le chose qu'elle redoute, c'est de ne plus pouvoir assumer les fonctions qui sont les siennes. La sombre affaire de Kerakh'hass la plongé une fois dans une période de doute où la sensation du devoir devenait tellement pesant pour elle qu'elle se demandait si elle était encore capable d'assumer son devoir.

Personnalité:
Malgré cette apparence froide et sarcastique, Chris prend grand soin de proteger tout le monde, mais aussi les siens et n'hésiterai pas à se sacrifier si cela permet de sauver des vies innocentes. Avec les troupes de Lyon dont elle a la responsabilité, elle se comporte parfois plus comme une mére que comme une commandant, peut être est-ce cette compassion qui font que chaque fois qu'elle prend une décision, ces gardes la suivent motivés. Sa loyauté et son amour envers ses proches est telle qu'elle ne supportera que quiconque se permette de leur faire mal de quelque maniére que ce soit, et dans ce cas, elle peut rentrer dans une de ses rares coléres. Dans tout les cas, elle ne laisse jamais tomber ceux qu'elle aime.

But :
Elle n'a qu'un seul but, proteger ce monde du mal qui n'a de cesse d'essayer de le corrompre, et s'il faut mourir pour cela, alors qu'il en soit ainsi.








        
Son histoire" tu disais quoi à propos de la poussiére?" demanda Chris Bullow au vampire qu'elle venait d'occire. C'était le dernier du nid qu'elle venait de nettoyer à Castlemort. Du moins pour la journée, car ces buveurs de sang avaient la facheuse habitude de se toujours se réunir au même endroit, et la protectrice de les éliminer au même endroit. Au moins attendront-ils qu'elle ait le temps de se charger de ce qu'il se passe à Marseille avant de retourner s'occuper à Castlemot. En rentrant à la Cathédrale, elle se remémore son parcours depuis sa naissance, sa famille et ses amis. Elle a grandi avec son frére et sa soeur sur une petite île proche du Monastére. Bienque trés turbulente, rien ne la predestinée à devenir paladine jusqu'à ce que Athéna vienne la chercher le jour de ses 15 ans. Selon la paladine, il existe une prophétie qui dit que la fille à la peau d'ébéne empêchera la fin du monde. Il semblerai que Chris soit l'élue dont la prophétie fait mention. Cela dit, la former au reglement ne fut pas aisé car elle a une facheuse tendance à n'en faire qu'à sa tête, et encore aujourd'hui, c'est une véritable tête de mule, mais quand il s'agit de combattre le mal, d'éliminer du démons, ou tout simplement un voleur, elle ne ménage pas ces efforts et prend chaque affaire au sérieux. C'est lors de l'attaque nocturne de la caserne où elle suivait sa formation que ses pouvoirs se sont révéler, elle a vu mourir sous ses yeux tout ses compagnons de dortoirs alors qu'ils tentaient de repousser ces démons. Unique survivante, elle massacra seule la demi-douzaine de démons qui restaient, et observa le carnage qe ces monstres avaient laissé. Depuis ce jour, lutter sans cesse contre le mal est devenu une affaire personnelle, et c'est cette lutte qui a lui a permis de d'être si bien placé dans le corps de paladins.Ces derniers temps, de sinistres évenments à Lyon ont causé la mort d'un grand nombre de protecteurs divins, et les enquétes qu'elle a mené avec ses compagnons lui ont permise de faire d'étranges découvertes, et le puzzle en train de se construire pouurait faire de curieuses révélations qui compromettent beaucoup de monde. Chris a maintenant de nombreux ennemis mais c'est eux qui auront du souci à ce faire.

___________________________________________________________________________________

C'est fatigant cette manie chez les méchants de toujours faire de long discours avant de se battre", dit Bullow en décochant une fléche sur le Balrog qui se tenait face à elle. Un seul coup eu raison de ce dernier. Mais elle était trés inquiéte à cause des événements de la veille qui secouerent la région.

Lyon redoutait le plus est arrivé! Apres la trahison d'un paladin qui a donné allégeance à Incende, l'ennemi juré de Telperion, les temps seront troublés à cause d'événement ayant lieu à Marseille.La rage même que ressentait Dame Bullow réveilla Telpérion dont les ordres sont claires. Le Mal, celui qu'on appelle à la Force est qui est à l'origine même du Mal devra être chassé de Lyon et de ses alentours.
Mais pour le moment, Chris Bullow doit réunir un maximum de guerriers prets à combattre à ses cotés contre le mal, et à mourir pour sauver le monde. C'est ce qui l'inquietes aussi car elle sait pertinament que certains, peut etre elle aussi, ne reviendront pas de la bataille final qui se profile.
Dure responsabilité qu'est la sienne car chaques mauvaises décisions pourraient couter la mort de nombreux innocents et de guerriers.
Elle craint aussi que la bouche de l'Enfer fermée il y a des années par la Tueuse Pouffy ne se soit pas ouverte, car si c'est le cas, les choses risquent d'être encore plus difficiles pour elle et son armée pour le moment en infériorité numérique.


______________________________________________________________________________________

Les événement liés à Marseille sont allés jusqu'à interpeller les plus hautes autorités du Conseil des Paladins, à Paris. Ces derniers ont rappelés Chris Bullow afin de la mettre au courant d'une information de la plus extreme importance. En effet, il semblerait qu'une jeune fille ayant emménagé avec sa mére à Marseille, et étant inscrite comme paladine à Lyon soit la nouvelle Tueuse, activé il y a peu.

Il est difficile de considerer qu'il s'agisse d'un pur hasard, mais qu'une tueuse soit activé dans la ville où se trouve la bouche de l'Enfer ne laisse personne indifferent. La mission de ris Bullow est claire, en plus d'organiser les défense de Lyon face à ceux qui cherchent à profiter de la situation pour semer le trouble, elle devra s'occuper de sa Tueuse et lui inculquer les responsabilités et devoir qui incombent à l'Elue.

Le retour de Chris Bullow est proche, elle espere cependant, que sa protégée ne subira pas le même sort qui est celui de toutes les Tueuses, car d'àprés les prophéties, pour toutes, la mort est leur cadeau......








 
         
_______________________________________________________________________________________

Rapport de Chris Bullow rajouté aux archives lyonnaise
" La tueuse sous ma protection poursuit son entrainement et devient de plus en plus forte, je pense bientot pouvoir l'emmerner avec moi et mes troupes à Castlemort! Malgré son caractére borné et son manque d'obeissance, elle est capable d'accomplir sa mission. Elle me rappelle moi à son age.

Nos troupes s'agrandissent de jour en jour, ce qui n'est pas un luxe vu les événements récents et le retour des membres de l'apocalypse. Bienqu'ils aient jamais été trop dangereux, moins que la pégre marseillaise, j'ai préféré impliquer une jeune garde afin d'obtenir un maximum d'information sur leur fonctionnement et les éradiquer une bonne fois pour toute.
Le seul probleme qui me restera est ce nain idiot Arthas, incapable de comprendre quoique ce soit, ivrogne, et irresponsable...
Je ne sais pas où tout ça va nous mener, tout les événements se précipitent les uns à la suite des autres"




______________________________________________________________________________________


Ne voulant être reconnu et sous une cape, Chris Bullow regardait, depuis le port de Marseille, l'homme partir vers le Nouveau Monde! Bienqu'il ne partageait pas les mêmes valeurs, elle avait appris à supporter le mercenaire qui lui avait tant fait la courre, et aider à mettre à jour un complot mettant en péril la région. Il lui avait appris beaucoup de chose sur cette organisation. Pour ses services, au lieu de le condamné pour meurtre, elle l'avait placé sous le programme de protection des témoins, et il était temps qu'il parte. Au fond d'elle même, elle se rend compte que malgré tout, elle avait été séduite. Malgré sa fierté, elle ne pu s'empecher de laisser couler une simple larme.

Elle regarda le bateau prendre les armarres et retourna vers Lyon sans se retourner!


______________________________________________________________________________________

L'averse qui tombait sur Lyon était dru en ce jour de deuil, mais elle n'arreterai le cortége de gardes lyonnais qui accompagnaient un de leur frére dans sa derniere demeure. Corr'Tex serait enterrai avec les honneurs par l'ensemble, non seulement pour s'est loyaux services mais aussi pour son sacrifice qui a sauvé nombreux de ses fréres d'armes. Chris Bullow, la commandante se remémorait la scéne. Tout s'était passé rapidement, la tentative de liberer lolo et lala, leur affrontement avec des mercenaires de l'Apocalypse, et le sacrifice de Corr'Tex.

Plus vicieux qu'on ne l'aurait cru, les membres de cette sombre organisation avait joué d'artifice pour mettre à mal les gardes. Cela se serait terminé en hécatombe si Corr'Tex n'avait pas usé de ses talents de magicien pour couvrir ses camarades face à l'ennemi qui avait engagé des mercenaires mal avisés. Son sacrifice permis la retraite de la garde, même s'il y eu de nombreux blessés. Guillem se remet à peine de ses blessures et dame Aeriis est encore en convalescence.

Mais quelque chose rassurait la commandante en chef, en effet, il semblerait que le Conseil des Druide soit prés à venir preter main forte à Lyon, afin de rétablir l'équilibre fàce aux force du mal croissante!

Corr'Tex pouvait se reposer en paix, son sacrifice ne fut pas vain!









         
______________________________________________________________________________________
l'affaire avec kerakh'as devait s'arreter d'une maniere où d'une autre, pour le sauvegarde de ce monde!

une tréve avait été formée même avec les pires ennemis de Lyon, afin de détruire définitivement ce mal qui rongeait tel un cancer le centre de la terre et s'appretait à reduire en cendre la région.

les emmenant à travers la foret de Myst en direction de du gouffre sinistre où gisait l'infame dracoliche, les troupes menées par Chris Bullow combattaient sans relache les créatures envoyaient par keralh'as!

arrivés à destination, ils n'etaient plus que quatres sur l'expedition sans retour menant au repaire souterrain et l'ennemi lui était dix fois plus nombreux! Et deux d'entre eux devaient combattre seuls devaient combattre afin qu'elle puisse accomplir le rituel qui anéantirai l'ennemi!

" ne crois pas la victoire si facile Kerakh'as!" s'écria Chris Bullow, l'artefact serait contre sa poitrine, au bord du gouffre.
" s'il le faut, je n'hesiterai pas à sauter dans le vide, crois moi! tu sais comme moi que si je me sacrifie, tu pars avec moi", elle ragarda une derniere fois randal et les derniers survivants combattre avec l'énergie du deséspoir!

alors qu'elle s'appretait à se jeter dans le vide, une lumiere divine apparu, Saint Blandine de Lyon intervenait elle-même pour aider la paladine à accomplir le rituel!

le rituel pu etre accompli et le sombre kerakh'as fut affaibli et détruit! mais le prix à payer pour cette victoire demandait un lourd tribu car de toutes l'expédition, seuls trois d'entre eurent la chance de revoir Lyon, Chris Bullow, Joric et Randal.

pour la paladine, cette amére victoire ,où elle même a du faire le choix le plus brave et le plus terrible de sa vie lui a laissé des séquelles qui lui sont difficiles à vivre!

seule une elfe a la peau mélancolique semble la comprendre, car c'est quand elle va pas bien que cette dame intervient pour l'aider à continuer son combat... contre le mal, mais aussi contre elle même...


depuis, elle n'est plus la même, comme si ce jour là quelque chose en elle était mort en même temps que kerakh'as




______________________________________________________________________________________

journal de Chris Bullow


je profite de cette pause pour ecrire voilà plusieurs heures que nous errons dans un desert infernal! Déjà la moitié de nos effectifs qui à périe pendant notre marche. Les troupes survivants encore en ce moment sont assoiffées, nous nous entraidons comme nous pouvons mais cela reste difficile. Dire que nous savons même pas comment nous nous sommes retrouvés ici. Si on retourne chez nous, du moins je l'espere, je chercherai à savoir comment on en est arrivé là!

Tyrul vient de s'endormir pour toujours, qu'il repose en paix. Dame Aeriis vient de lui fermer les yeux. Nous allons reprendre bientot notre marche, si nous nous posons trop longtemps, nous y resteront tous! Arthas nous aurons bien surpris, je ne sais pas comment il fait pour continuer à chanter dans cette situation, mais cela aide au moral des troupes restantes, je ris mais cette abruti porte l'halfing Lilia depuis que nous sommes arrivés et ne semble pas fatigué, l'endurance des nains m'étonnera toujours . Am a l'air épuisé, il soutient Aeriis, encore infirme, mais je le connais, il n'abandonnera pas!

nous allons reprendre notre marche, si moi même je ne survis pas, je veux que vous sachiez que vous vous serez battu jusqu'au bout et qu'en cela, il s'agira tout de meme d'une victoire!

____________________________________________________________________________________________________________________

de retour à Lyon

le peu des gardes qui avaient survecu dans le desert infernal où ils furent envoyés furent stupéfait devant le carnage et les atrocités commis à Lyon en leur abscence. La premiere chose étaient de réparer les dégats et de renforcer à nouveaux les défenses de la ville.
Une fois cela fais, je convoquai Arthas, nouvellement promus capitaine pour le courage et la ténacité dont il a fait preuve en ces heures sombres, et le capitaine Aeriis afin de mettre certaines choses au point.

Nous en conclumes que cette attaque devaient être l'oeuvre de l'Apocalypse, bienque je trouve que cette derniere ait changé ses methodes de destruction. Ne pouvant se risquer à une nouvelle attaque frontale, il est temps pour nous de nous forger de nouvelles alliances, certaines comme celle de Buurk ayant été totalement décimée pendant l'attaque. Quand à la comtesse, nul ne semble savoir ce qui est advenu d'elle, et les deux gardes que j'ai envoyé à sa recherche sont revenu...sans leur tete!

Les roles ont été reparties, Dame Aeriis encore boiteuse s'occupera de la distribution des vivres et des blesses. J'envoi, seul, le capitaine Arthas me trouver cette druide qui nous a proposer son aide, en esperant qui la trouve à temps et que son aide soit toujours de viable. De mon coté, je vais tenter retrouver mon contact et lui demander conseil! Je pense aussi utiliser ce vampire que nous avons domestiquer, Bichette vieillera sur lui.

Nos forces sont tres affaiblies, je vais devoir aussi trouver de nouvelles recrues et les entrainés afin que nous soyons pres à les accueullir s'ils leur venait à l'idée de recommencer.

Si seulement Cor'Texx était encore là, il aurait peut etre pu nous expliquer comment ces démons ont ils pu nous envoyer là-bas!

Je souhaite donner une mention spéciale au Dame Aeriis qui a eu su tenir le coup malgré sa blessure et à Arthas, qui malgré tout ses insuportables défauts, est devenu un des éléments les plus fiables. Il aura désormais accés aux chambres des officiers de la cathedrale!

Je n'ai pas de nouvelle d'Ellareiis, je me demande ce qu'il est advenue d'elle, elle seuleserait en mesure me de fournir de plus amples conseils face à cette situation de crise!









         

__________________________________________________________________________________






plus tardj'ai un peu honte de moi, mais Dame Aeriis et moi-même nous sommes retrouvées pris dans un fou rire telqu'il ne m'en étais jamais arrivé, et avec ce qui se passe ces derniers temps, j'avoue que cela nous a fait du bien. Même les gardes en fonction se sont laissés aller. Cemoment de detente nous a fait beaucoup de bien, surtout avec les évenements récents qui ont eu lieu à Lyon.Hélas, ce moment de folie fut de courte durée car peu de temps àprés, l'ombre de Castlemort vient s'abattre à faubourg. Peut etre etais ce une illusion, mais ce qui vint àprés ne l'était pas!Une femme, enfin je suppose, entourée de trois molosses apparu dans Lyon, et dégageant une aura tellement maléfique et puissante que pour la premiere fois de ma vie, je me surpris à avoir peur au point de trembler!Elle....que voulait elle dire par là...je dois trouver Dame Ellareis afin d'en savoir plus mais pour la premiere fois, j'ai peur!


_______________________________________________________________________________________




le lendemainj'ai revu Dame Ellareis, elle va bien! Elle m'a aussi apportée de sombres nouvelles. Comme je le craignais, l'Apocalypses a changé de méthode, peut être au fait que deux exterieurs soient à sa tête, et d'apres ce qu'elle m'a dit, ils extremement puissant. Nous devons en savoir plus sur eux...Mais ce n'est pas tout, il semblerait que le Croc refasse à nouveau parler de lui, ils vont surement profiter que nous soyons affaiblie pour tenter quelque chose, il nous etre absolument sur nos garde...


___________________________________________________________________________________________


journal de bullow
nous avons vaincu castlemort avec une facilité déconcertante, mais cette grande victoire a été gachée par le retour du Croc qui s'en est pris à Ellareis. Ces fourbes l'ont lachement attaquée en lui lançant un poison. Je n'acceptais pas sa mort, et je supplia alors Telperion de la ramener à la vie, lui demandant d'aller jusqu' à chercher mon ancien indic, aujourd'hui cexilé dans le nouveau monde, Tessios. Pendant ce temps, alors que son corps mort gisait dans la cathédrale, son àme tpurnoyait dans la Cathédrale. Je l'entendait dans mon esprit et l'aidais comme je pouvais tenir le coup comme je le pouvais.
Finalement, Telperion vint attend et la ramena à la vie, la présence de Tessios en nos lieux ne la fit pas abandonner, et leurs sacrifices ne fut pas vain. Je me demande bien ce qu'ils sont devenus, car je n'ai les ai pas revue depuis, j'imagine qu'il profitent de leurs retrouvailles.









         
__________________________________________________________________________________________

Discours de Chris Bullow la veille de l'attaque de Castlemort

A part les gardes en faction, l'ensemble des troupes étaient présentes ce jour là. Le silence se fit dans le choeur de la cathédrale et Chris Bullow entama son discours. D'abord je vous remercie de votre présence et je tiens aussi à tous vous remercié pour le courage dont vous faites preuve ces dernier temps! Comme vous le savez, nous vivons une periode extremement éprouvante, et beaucoup parmis nous sont tombés, d'autre se remettent à peine de leur blessure! " Regarde certains venus assister alors qu'ils tiennent à peine debout. "Selon mes informations, nous avons à faire à une source de mal extremement puissante, et nous devons la combattre! Nous sommes peut etre diminué mais nous n'en sommes pas moins tenace, mais je vous previens, nous auront à faire au mal à l'état pur!"L'assemblée commence à murmurer, pensant à une attaque frontale dans la foret. "SILENCE! Laissez moi finir. Ne me croyez pas devenue folle. Je suis comme vous. Je hais ceci, je déteste être là, je déteste que vous deviez être là, je hais que le mal existe, que j'ai été choisie pour le combattre! J'ai souhaité nombre de fois de ne pas l'être! Je sais que beaucoup d'entre vous également!" Elle regarde Pinot le bras en écharpe. "Mais ceci n'a rien à voir avec les souhaits ! Ceci concerne les choix! Je crois qu'on peut battre ce mal ! Pas quand il arrive, pas quand son armée sera prête ! Maintenant, demain matin, nous nous battrons ! Alors je descendrais à Castlemort et je vais les finir une fois pour toute ! En ce moment vous vous demandez ce qui rend les choses différentes, ce qui fait de nous plus qu'une bande de soldats qui se font éliminer un par un!" Dans l'assemblée, on remarque que certains gardes portent encore des bandages. "C'est vrai! Alors voilà le moment où il faudra faire un choix !...et ce choix, c'est maintenant qu'il faut le faire...merci à vous"

__________________________________________________________________________________________

plus tard

Cette petite peste de Pinot a encore fait des siennes en balançant tout mon parfum aux thermes, mais ce n'est pas le plus important. Elle croit que je la rabaisse en ne l'emmenant pas au combat avec nous, alors que je ne cherche qu'à la proteger de nos ennemis. Elle est encore trop jeune pour devoir affronter le monde dans lequel nous vivons, rien que de devoir envoyer Bichette au front est déjà une peine, si je dois faire de même avec elle... je supporterai pas de la perdre, ni l'une ni l'autre...
Mais ce n'est pas tout! J'ai fait fait une découverte importante, malgré ses peurs et ses doutes à propos des ailes de dragon qui ont poussées dans son dos. Effrayée, se croyant mauvaise, elle eu un peu honte de me l'avouer mais alors qu'athéna m'a donné ses pouvoir, Pinot a reçu les pouvoir de Telperion...ce qui la red un plus forte certes, mais aussi plus vulnérable car nombreux seront ceux qui tenteront de lui voler sa force.
Je vais devoir la protéger encore plus que d'habitude...
Cela dit, j'ai quand même fini par ceder à ses caprices et j'ai accepté de l'emmener avec moi combattre le dragon de Karak Varn...je dois reconnaitre qu'elle se bat bien, mais pas assez pour la laisser agir seule, car elle a tout de même était blessée à plusieurs endroits. Je sais pas ce qui m'appris de la laisser m'accompagner, cela aurait pu être plus grave que de simples bosses et contusions.

Il est temps d'aller me coucher, mais ce n'est pas l'esprit en paix, je sens que la Guilde de l'Apocalypse nous prépare un mauvais coup, mais lequel?









         
__________________________________________________________________________________________

lettre de chris Bullow à Pinot


"Chére Pinot,



C'est avec beaucoup de peine que je t'écrisma chérie,  mais j'ai pris une décision sur laquelle il m'est impossible de revenir. Et crois moi, ce n'est pas avec gaité de coeur que je vais devoir faire ce qui doit être fairt mais ma décision est prise.
Comme tu le  sais, les membres de l'Apocalypse tiennent en otage Lolo et Lala, et le seul moyen que nous ayons de les libérer serait que je prenne leur place. Ce que je vais faire avant qu'il ne sois trop tard pour elle.
C'est pour cea que j'insiste pourque  tu poursuives ton entrainement, j'ai vu de quoi tu es capable et je suis trés fiére de toi, même si je ne te l'ai jamai dit, mais tu sais, tu  dois continuer à étre plus forte car  tu as été choisie par Telperion, ce qui veut dire que tu as des capacités unique pour remplir à bien ta mission.
Pour affiner ton apprentissage, je te confie au Capitaine Aeriis qui saura s'occuper de toi, désormais, c'est elle qui assurera l'interim du commandement de la garde et ta formation.
Comme tu le sais, nous vivons une période difficile, et il te faudra parfois faire des choix, comme c'est mon cas aujourd'hui, mais tu sais, tu portes le sang des Bullow ma soeur, je te crois capable de réussir.
Ne m'en veux pas de ne pas avoir  la force de venir te dire au revoir, mais la douleur est trop intense.
J'aimerais tant rester mais tu sais au fond de toi que je dois partir, il le faut, et le temps risque de manquer pour t'écrire tout ce que je ressens, tellement je t'aime, tellement tu comptes tant pour moi...
Ecoute Pinot s'il te plait. Je t'aime. Je t'aimerai toujours... Mais j'ai une tache à accomplir.. Dit à Ellareiis que j'ai enfin compris et que tout va bien.
Dit à mes amis que je les aimes... C'est à toi de prendre soin d'eux maintenant.... Prends soin de chacun d'entre eux.
Il faut que tu sois forte. La chose la plus difficile sur cette terre, c'est d'y vivre.




Sois brave. Survie..pour moi. Chris! "
__________________________________________________________________________________________



Courrier de Chris bullow au Capitaine Aeriss Deismitrëiis



" Capitaine Aeriis,


comme tu le sais, les Membres de l'Apocalypse tiennent toujours Lolo et Lala en otage. J'ai une triste nouvelle, j'ai du faire un choix. Ce choix consisite à prendre la place de ces deux jeunes filles. Je pense ne pas revenir, et qu'importe ce qui arrivera, je dois le faire.
Je te demanderai de t'occuper de la garde et de prendre soin de Pinot. J'ai suffisemment confiance en toi pour te confier une telle tache.
Ne me tiens pas rigueur d'avoir pris cette décision seule, mais vous voir me dire une derniere fois au revoir aurait été quelque chose que je n'ai pas la force de vivre.
J'ai laissé un courrier que tu devras faire parvenir à une amie à moi, tu devras passer par un halfing des trois Poignards nommé Auguste, il pourra transmettre cette lettre.


Adieu Aeriis, prends bien soin de Lyon, et prends soin de toi.


Chris Bullow!
__________________________________________________________________________________________










Christine A. Bullow       
 
1174-1214       
 
soeur bien-aimée       
 
amie dévouée       
 
elle a souvent sauvé le monde.       


         
__________________________________________________________________________________________
journal de Chris bullow le lendemain de son retour à la vie.

"j'aurai pas cru que je réécrirai dans mon journal un jour où l'autre, et pourtant...
Mais je vais profiter d'être enfin un peu seule pour m'exprimer. Je suis revenue au monde.
Je vais trés bien. Je sais pas où j'étais mais j'etais. Je me sentais si bien. En paix.
je savais que les gens que j'aimais pourraient être heureux; je le sentais.
Le temps n'avais plus de sens; rien n'était palpable, mais j'étais toujours moi.
Et j'avais chaud, j'étais aimée, accomplie...
J'y connais rien aux dimensions, je sais pas ce que c'est mais je crois que j'étais au paradis,
et j'y suis plus. En j'en ai été arrachée de force. Ramenée ici... par mes amis.
Ici tout est si dure,et si violent. Tout ce que je ressent et tout ce que je touche,
c'est ça l'enfer. Rien que devoir affronter chaque moment et celui qui vient àprés,
en sachant ce que j'ai perdu...mes amies ne doivent jamais savoir. Jamais.
Mais j'ai une tache accomplir que j'ai pas fini.
Je ferai de mon mieux pour assumer cette nouvelle naissance."


le surlendemain au soir.

"Il me faut m'habituer, j'ai du mal à m'y faire. Renaitre une seconde fois.
J'éprouve du mal à m'endormir, peut-être le fait d'avoir été dans cette boite pendant six mois,
et de m'y être réveillée. Le plus dur c'est le réveil, enfin les premieres secondes.
Sinon je dors bien, même trés bien. A part les cauchemards.
Quand mes amis, ils sont tous si attentionnés, si gentils avec moi que c'est plus dur encore.
C'est idiot, mais j'ai l'impression que depuis que je suis revenue,
je passe mon temps à essayer de me secouer pour les rassurer mais c'est trés fatigant.
Je reprends mon poste, même si je ne me sens pas trop à l'aise dans la foule.
D'ailleurs je n'ai toujours pas de nouvelle du capitaine Aeriis, on m'a dit qu'elle aurait disparue le jour où...
le jour de mes funérailles. Personne n'a su, ou n'a voulu m'en dire plus.



--------------------------------------------------------------------------------

journal de Chris Bullow.

" Les conditions de vie à Lyon se sont trés dégradées depuis mon absence et il m'est trés difficile de reprendre les choses en main. La comtesse a encore réduit nos fonds, et nous n'avons quasiment plus d'argent pour payer la solde de nos gardes.

Deplus, le peuple gronde et a faim, et si on ajoute à ça toutes ces disparitions mystérieuses. J'aurai bien demandées des explications à la comtesse, mais elle refuse de voir qui que ce soit.



Enfin toutes les nouvelles ne sont pas mauvaises. Sandra et Cor'texx se sont mariées et attendent un enfant. J'éspére leur offrir un monde meilleur que celui dans lequel nous vivons en ce moment. Quand à Pinot, on dirait que toutes ses épreuves l'ont fait grandir, je crois même que les dons de Telperion se manifestent de plus en plus.



Quand à la Garde, nous négotions des alliances avec l'Association Druidiques et les nains de Karak Varn. L'Apocalypse tente désespérement de s'emparer de la Foret des Gobelins. Est-ce une stratégie pour nous isoler. Si c'est le cas, elle d'or et déjà vouée à l'échec. Je patrouille moi-même de plus en plus dans cette foret voir si tout va bien.

L'Apocalypse a tenté d'ailleurs pour eux d'infiltrer le cercle de l'Association Druidique, mais pas de chance, leur espionne a reussie à se faire démasquée. Pour l'instant, nous nous sommes mit d'accord pour faire comme si de rien n'était afin de voir plus précisémment quelles sont leurs intentions. Nous aviserons par la suite.


Je n'ai pas toujours pas de nouvelles d'Ellareis et d'Aeriis, j'espére qu'elles vont bien. Quand à Bichette, je m'inquiéte beaucoup, personne ne l'a revue depuis sa derniére patrouille. Que s'est il donc passé quand j'étais morte?



Je doit retourner travailler, j'espére que Lyon pourra revivre à nouveau normalement, car l'équilibre est rompu, et il est temps de réajuster la balance, et savoir ce qui est arrivé à mes amis."









         
__________________________________________________________________________________________

journal de Chris Bullow
je pensais les choses étaient plus où moins calmées, mais mon retour à Lyon, àprés que Pinot et moi sommes allé avec quelques gardes aidés Macôn à se debarrasser d'un nid de vampires, nous apprimes de notre futur recrue que notre cité avait été attaquée. J'ai demandé à AM qui m'a expliqué de quoi il en était. Il s'agirait d'une horreur nommée Bellephore, l'ayant reconnu, Am a fait évacuer la ville. Malgré les dégats causé par cet être maléfique, il pu être repoussé gràce au courage des quelques aventurioers courageux. Il faudra que j'en sache aussi plus sur cette elfe nomme Scarna, elle pourrait me donner d'autres informations.


Au quotidien, ça va toujours pas mieux. Pinot sors de plus en plus, un peu trop à mon gout, cela , elle va devoir être un petit plus responsable car je vais devoir lui confier une nouvelle recrue qui a reçu la bénédiction de Telpérion. D'autres recrues sont venues renforcer aussi nos rangs, un jeune garçon que j'ai recruté ce soir et une jeune fille. Je ne sais encore pour ce garçon ce qu'il vaut, quand à la jeune fille, je la trouve trés sensible, il va falloir que je lui apprenne à être plus forte. Je vais moi-même me charger de sa formation. Quelque part, elle me rappelle Aeriis quand elle est arrivé chez nous.
J'ai reçu une trés bonne nouvelle, les jeunes halfings Auguste et Titiana sont venus m'apporter des nouvelles Ellareis. Elle ne puis venir à Lyon pour le moment mais elle a tenue à prevenir que tout allait bien. Je suis contente pour elle, elle me dit qu'elle a enfin la paix et elle passe des jours tranquille dans sa grotte. J'attends qu'elle ait plus de temps pour aller lui rendre visite. Je crois que ça lui fera un choc quand elle verra que j'ai quelque peut changer Elle seul pourra savoir ce que je ressens depuis que j'ai été ramener à la vie, elle comprendra...elle comprendra.
Je pars me reposer, demain je dois trés tot former mes nouvelles recrues. Pinot viendra avec moi, afin de lui apprendre comment faire.



--------------------------------------------------------------------------------

rapport de Chris Bullow ( écrit pendant le feu de camp lors de l'éxpédition  vers la fournaise )

"Je profite de mon tour de garde dans la clairiére de Mist pour évoquer les drniers événements auquels nous sommes confrontés. Je n'ai toujours pas trouvé l'assassin du pére d'Anne, la fille j'attends, et je ne peux plus me permettre de pleurer sur mon sort. Je viens d'apprendre, de la part d'un de mes gardes, revenant d'un convoi vers la fournaise, que les draconniques étaient revenus. D'àprés son rapport, les disciples de Kerak'hass les accompagneraient. J'ai bien peur qu'ils cherchent à faire revenir ce sombre dragon. Quand je pense aux sacrifices de ces aventuriers qui nous accompgnérent ce jour funeste où même moi j'ai failli y perdre la vie, si Sainte Blandine n'était pas venu nous aider.
Afin de m'assurer par moi même de ce qu'il se passe là-bas, je monte une petite mission de reconnaissance. Je suis accompagnée de Maldrach, mais aus par une Khor-yande en laquelle je n'ai aucune confiance, mais aussi d'un éclaireur un peu... comment dire... décalé. Cela dit, malgré l'effroyable chaleur, tout à l'air de bien se passer pour le moment, et nous n'avons pas vraiment rencontré de difficultés.

Je dois réveiller Maldrach pour son tour de garde, je l'informe de surveiller cette naine et de me prévenir de tout ce qu'il trouvera suspect. Quand à notre éclaireur, s'il pouvais arreter de ronfler, ça cmmence à être insuportable."









         
--------------------------------------------------------------------------------Journal de Chris Bullow

" L'expédition à la Fournaise c'est bien passée. Nous y avons recontré une nouvelle faction, assez arrogante avec laquelle nous avions accordé un droit de passage dans Lyon tant que ces derniers ne troubleront pas l'ordre public.Cependant, ce pacte de non-agression reste trés fragile et la moindre étincelle mettrais le feu au poudre. Une altercation avec Maldrach a eu lieu sur leur laisser-passer, il s'avére qu'il ait eu raison, car l'une d'entre elles se montre particuliérement agressive, allant jusqu'à provoquer Kalmir, notre principale allié, et il est pour moi hors de question de mettre fin aux anciennes alliances avec karak Varn.
Mais une autre affaire me préocupe, un artefact a été retrouvé dans le désert et semble convoité par un sombre ennemi dont nous ne savons pas grand chose. Cet objet, appelé le Séquenceur, est-ce son vrai nom, nous ne le savons pas, serait dangereux et Lyon subit de nombreuses attaques depuis qu'il est dans notre ville. C'est pour ça que je me suis provisoirement exilée à Marseille, afin que notre cité ne subissent plus d'attaques de celuii qu'on appele " le mille fois nommé".
La seule chose que je crains, c'est le pouvoir de cet objet qui semble corrompre son porteur. Et je crains pour ma fille.
Tessios est revenue à Marseille, je le vois ce soir, j'espére qu'il aura des informations sur le moyen de détruire cet artefact."
__________________________________________________________________________________________



depuis la naissance Ellareis, Chris a confier le commandement à Lacrima et Sandra, retournant sur son ile natale vivre une retraite heureuse avec l'homme de sa vie.

*un dragon d'argent arrive au bord du cercle des druides d'Ellareis, il lui laisse une lettre, et repart àprés lui avoir accordé sa bénédiction*

Chére amie,

je ne sais pas si tu auras cette lettre, mais si c'est la cas, j'espére que tu te plais là où Tessios et toi vous êtes installé.
Quand à moi, depuis notre victoire sur l'Apocalypse, je suis retournée sur mon ile pour élever Ellaréis avec Pinot et et Ceborn, mon époux... oui comme tu le vois, moi l'éternele célibataire, je suis mariée.
Les petites vont bien, Auguste vieille sur elles dans un petit village prés de la cité des fées...
Je vis maintenant une retraite paisible, sachant mon devoir accomplie.
Tu m'appris beaucoup de choses, et j'ai enfin compris, maintenant, je suis enfin heureuse, accomplie.
Prend soin de toi Ellaréis.

Chris.












           









_________________
La vie n'est rien d'autre qu'une série de pièces. Et ceux avec qui on est coincés font de notre vie ce qu'elle est.


Dernière édition par LadElskan le Sam 19 Fév - 13:59 (2011); édité 7 fois
Revenir en haut
LadElskan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Jan 2011
Messages: 82
Localisation: lost

MessagePosté le: Ven 18 Fév - 18:45 (2011)    Sujet du message: Chroniques Répondre en citant

Ellareis Laashendraw
Dur destin d'une elfe mélancolique

(à l'appréciation de l'auteur  Aurore P.)


Posté le: Dim 30 Mar - 17:05    Sujet du message: Ellareis Laashendraw

PublicitéSupprimer les publicités ?



*Extrait du journal d'Ellareis Sil Aerinn*


(...)

Je quitte aujourd'hui ma terre bien aimée...
J'ai décidé de continuer mon enseignement sur les terres des mortels, même si ma chère mère n'est pas de cet avis...
Elle pense que je m'éteindrai sans la revoir si je pars...
Mon père me fait confiance mais j'ai apperçu un peu de tristesse dans ces yeux lorsqu'il se croyait seul...
Je leurs ai promis a tout deux d'écrire et de venir les voir assez souvent, je tiens toujours mes promesses.
Je suis déjà nostalgique de ce paradis ou j'ai grandit mais en même temps, tellement impatiente de découvrir l'inconnu...
Il est l'heure du sommeil, je doit être en forme car j'ai de la route a faire demain, J'espère que Brume sera en forme elle aussi,
ma chère jument grise sera surement ma seule confidente pour un certain temps... 

(...)

Après avoir traversé plusieurs océans et parcouru des milliers de lieues, j'ai du me résoudre a laisser brume en pension dans une petite ferme,
dans les alentours de la ville ou je viens d'arriver, Lyon...
Je suis sure que Brume est bien entretenue et ainsi je ne me ferai pas remarquer en ville...
Cette bourguade est très simpathique et a l'air assez calme, je pense rester un petit temps ici,
j'ai d'ailleurs pris une chambre a l'auberge du Bouchon Lyonnais.
Les sorts de prêtres que mon maître m'a appris sont très utile pour soigner les infortunés qui croisent ma route, 
Certaines personnes me cherchent même quand ils ont une blessure a faire soigner, je suis heureuse de pouvoir pratiquer enfin mon art...

(...)

*Lettre à Silwenn Sil Aerinn de la part d'Ellareis Sil Aerinn*

Ma chère soeur,

Il est arrivée un drame effroyable dans notre belle ville de Lyon,
Une guilde très sombre est venue saccager notre citée, dévastant tout sur son passage...
J'ai beaucoup de travail pour soigner les blessés, je ne pourrai donc pas revenir passer les quelques jours prévus...
Peux tu prévenir nos parents? Je sais que tu trouvera les mots afin de ne pas les affoler...
J'aimerais aussi que tu envoie quelqu'un pour venir chercher Brume,ma chère jument grise, 
elle ce trouve toujours dans cette ferme dont je t'ai parlé, et comme la guilde de l'apocalypse pille de temps en temps une ferme au hasard,
je craint qu'on ne la vole... J'ai reglé pour 3 mois de pension a l'avance, ne fait pas réclamer l'or que j'ai donné,ces braves gens en aurrons bien besoin...

Voila je pense t'avoir tout dit,
Ne craint pas trop pour ma vie tu sais que je suis prudente...

Je te dit aurevoir ma chère soeur, je te tiendrai au courant je te le jure.

Avec toute mon affection,
Ellareis.

*Message urgent envoyé à La pretresse Ellareis Sil Aerinn*
Nouveau red de la guilde de l'apocalypse dans le centre.
Besoin de toute l'aide possible.
Soyez prudente.

Rejoingnez moi je vous attend sur la place.
Votre ami,Nemnesis.

*Lettre à Feanor de la part de Nemnesis*

C'est une catastrophe, Ellareis une pretresse pleine de bontée a été enlevée par l'infâme Lord Laashendraw, sombre chef de la guilde de l'apocalypse.
Il étais question d'une joute à l'arène pour pouvoir libèrer Dame Ellareis, mais vu les pertes occasionnées par le red précédent,
nous n'étions pas assez nombreux pour la libèrer... 
Ils ont disparus, nul ne sais ou ils peuvent être...Il semblerait que Lord soit toujours accompagné de Dame Ellareis...
Mon espion m'a rapporté que même la guilde ignorent ou ce sombre sir ce cache...
Je craint pour sa vie...



*Extrait du journal de Lord Laashendraw*

Je suis prisonnier de la plus charmante des elfes que j'ai jamais rencontré et quelle douce géole...
Après avoir enlevée ma douce, elle m'a ensorcelée, je suis sous le charme, elle a fait de mon coeur froid et dur, l'abri d'une flamme chaude et pure...
Je l'aime... Moi Seigneur de l'apocalypse, déstructeur tyranique, je l'aime... Je n'arrive pas a y croire...
Je la veux pour reine, pour femme, et mère de nos enfants... Toute pretresse qu'elle est, elle me rejoindra dans les ténebres et nous y serons heureux...
Nous sommes en lieu sur et personne ne sais ou nous trouver, cette grotte est seule témoin de notre amour...
Demain, je l'introduirai au sein de la guilde en esperant ne pas donner l'excuse qu'il manquait a mon rival pour prendre le controle...
Bientot nous nous marrierons et elle sera alors ma reine...

*Dernière lettre envoyée par Ellareis a sa soeur Silwenn*

C'est avec une grande tristesse que je te dit adieu ma chère soeur, 
Après mon mariage je n'ai pas eu l'occasion de vous revoir toi aini que nos parents...
Mon époux est mort... Et ma vie est sur le fil du rasoir...
Nous avions plus d'ennemis que nous le pensions, Lord m'a chérit jusqu'au bout,
Et je suis las de vivre sans lui...
Ne cherchez pas a me retrouver pour votre sécurité et la mienne, je vais disparaitre...
Je vous aime et vous aimerez toujours... Adieu...



============================================================================================================



Quelques lunes plus tard...
Quelques pars aux alentours de Lyon,
Une elfe écrit dans sa caverne...
Cette caverne est sombre mais éclairée par quelques chandelles elfique, 
le sol jonchée des restes d'un mobilier assez confortable, témoigne d'un affrontement sanglant...
Elle fut jadis témoin d'un bonheur naissant, aujourd'hui en cendres...
Les lieux évoquent sans peine la tristesse de cette elfe jeune elfe de 125 ans,
ici et la quelques entailles, des traces de sang ou de brûlures, comme le coeur d'Ellareis, ils ne sont que survivants...
Veuve mélancolique et maintenant déstructrice, la jeune pretresse ne servira plus jamais le bien,
elle le sais, elle le sens,elle le vois...
Sa seule compagnie est le molosse que son cher et défunt Lord lui a laissé en héritage,
une drôle de chienne nommée Flamme aux yeux rouges et a l'allure diabolique,
rongeant un morceau de gob dans son coin...
Les yeux d'Ellareis baignent dans le vague et sa plume reste loin de la page de parchemin vierge, 
les pensées de la triste dame ne parviennent pas a ce fixer tant elle ce sent perdue et désemparée...
En elle gronde une colère et une haine sans pareil...
Elle ne veux plus de ce monde et ne compte plus le voir pendant longtemps,
elle ne sort que pour chasser ou aller acheter au bourg l'essentiel en prenant bien garde de ne pas ce faire voir...

*Ella saisi sa coupe d'hydromel délaissant sa plume et y trempe ses lèvres,l'air absent...*

Elle pense a Lord, son cher Lansraad qui l'avais enlevée il n'y a pas si longtemps,
ce n'est pas a sa lame qu'elle succomba, mais a son charme ténébreux,
tout les opposaient; le bien, le mal, Lyon, et bien sur l'apocalypse...
Et pourtant quelle passion dévorante était née de l'union du bien et du mal...
A présent elle n'était plus rien... Elle ce sentait...Vide...

*Ella bois de longue gorgée d'hydromel puis pose sa coupe vide*



Depuis la mort de son epoux, la belle passe son temps a lire et étudier les arcannes,
pour ne pas penser, ne pas pleurer...Ne pas crier...
Elle lis et expérimente certains rituels,
pour s'occuper, ne jamais penser...
Et ainsi pendant quelques dizaines d'années,
jusqu'a en devenir pâle, blanche, et finallement bleue...
Au fur et a mesure du temps, dame Ellareis Laashendraw devint
cette belle elfe au teint bleu, aux yeux vert, et au coeur froid,
que l'ont peut appercevoir parfois les nuits sans lunes, dans les rues désertes de Lyon...



Un jour... Après avoir épuisé un bon nombre de traités de magie,sorcellerie et autres alchimies,
Ellareis décida de laisser derrière elle, la ville qui l'avais tant fait souffrir, et partit pour un long voyage,
prenant bien soin de camoufler l'entrée de sa caverne avant de déserter les lieux...
Elle était tombée par hasard sur un chapitre consacré a des êtres mi dragons,
certaines précisions donnerent matière a méditer, ainsi Ella partit en quête d'elle même...
Cela pris quelques décénies, car il y avais tant a voir...
Quand Dame Laashendraw revient à Lyon, 
on l'apperçu dissimulant sous sa longue cape,une paire d'aile rouges...
Quant a sa peau bleue, certains racontaient qu'elle était incrustée d'écailles...



===========================================================================================================



Après avoir passé une bonne dizaine d'années a Lyon,
a étudier toute sorte de traités dans sa caverne, ou en travaillant deci dela,
mettant a l'oeuvre sa contribution pour faire persister le mal dans la perle du nord...
Ellareis mis un terme a sa sollitude en prenant sous son aile deux jeunes Halfelines,
Titania et Meliéa...
A elles trois elles formaient une petite famille, sans oublier Flamme, la chienne aux yeux de feu...

Un jour ou elle ce trouvait a Marseille,
elle fit la connaissance d'un charmant jeune homme du nom de Tessios,
il tomba vite sous le charme sombre de la belle elfe au teint pareil a l'éclat pâle d'un saphir...
Malgrés la froideur de la belle, et contre l'avis de son mentor le mafieux Vincenzo Corleonne,
Tessios fit une cours empressée a la belle Ellareis...
Il renonça même a sa vie de débauche passée, 
la Dame ne mit pas un éternitée a succomber au charme,
et a la fougue du sombre sir a la faux...



Au fur et a mesure du temps, Tessios et Ellareis ce lièrent d'amour,
un amour puissant et dévastateur, une passion brulante et sans limites...
Malgrés les réticences de Tessios, Ellareis simpatisa vite avec le coté sombre de Marseille,
elle dut user de patience et de sagesse pour simpatiser avec Vincenzo, Peruppi, et les autres sbires de la Cannebière.
Elle finit par faire partie de la bande mafieuse, un soir en buvant un pot avec Vince et une autre sombre dame au rectum.

Ainsi coulèrent les temps heureux...
Mais le bonheur est toujours furtif, dans la vie de Dame Ellareis...

Un jour, elle eu la grande surprise de revoir son mari qu'elle croyais défunlt il y a si longtemps,
alors qu'elle terminais une mission d'espionnage au sein de Lyon,
elle s'appretait a quitter le territoire Lyonnais losqu'une voix famillière résonna dans son dos...
_Ma dame... Ainsi vous êtes vivante...
Ellareis faillis défaillir en faisant face au prorpiétaire de cette vois comme surgie d'outre tombe
=Lord!!! Sang des dieux!!! Lansraad mon époux vous êtes en vie?
Ainsi l'elfe a la chevelure d'argent et aux yeux d'acier était de retour dans sa vie? Son Laansrad était en vie...
L'espace d'un instant l'image de Tessios ce fit douloureuse a son coeur.
Puis voyant tant de tristesse dans les yeux de sa femme Lord la pris dans ses bras et l'embrassa.
_Tu est plus belle que jamais...
=O Lord tu m'a tellement manqué...
_Mais ton coeur ne m'appartient plus n'est ce pas?
=Sache que je t'ai attendu pendant plus de 300 années humaines, mon coeur était fatigué de saigner...
_Je suis au courant, et je ne suis d'ailleurs que de passage...Je t'ai deja trop fait souffrir...
=Que fait tu ici à Lyon?
_J'ai reglé certaines vieilles histoires... Tu saura quand il le faudra... Je doit partir j'ai deja trop tardé...
=Ou te sauve tu?
_En outreterre et je ne reviendrai sans doute pas...
=Alors adieu mon sir... Je ne vous oublierai pas, et je la porterai toujours j'en ai fait serment.
*En montrant son alliance*
_Sois heureuse Ellareis, tu le mérite... Et si tu veux quitter cette vie, j'aurai une place pour toi en outreterre...
=Bien... Si la vie perd de sa saveur ici je viendrai te retrouver Lansraad... Prend garde a toi... Adieu...
Et il partit sur son sombre destrier; il ce retourna un denière fois pour emporter le souvenir 
du doux visage d'Ellareis enfermé a jamais dans son coeur,l'eternité sera longue sans elle...


================================================================================


*Extrait du journal d'Ellareis Laashendraw*

Lord est en vie...
Quelle nouvelle...
Je pensais que ça n'arriverais jamais, je n'ai plus jamais sentit son energie
si proche de la mienne, jusqu'a cette apres midi...
J'étais pourtant assez heureuse quelque pars de le savoir en vie,
mais maintenant que la surprise est passée...
Je ne sais pas qualifier ce que je ressent pour le mari qui m'a abandonnée
pendant un demi millenaire, en ce faisant passer pour mort aux yeux de tous...
Lache? Traitre? Insensible, voila ce qui le qualifierait...
Peut être suis je injuste... Peut etre m'a t il cherché pendant tout ce temps,
il semblais bien informé sur ma nouvelle vie avec Tessios...
Quant a sa proposition de le rejoindre en outre terre...
Hors de question, je ne trouverai pas ma place parmis ses dégénérés de drows...

Ce soir j'ai rendez vous avec Tessios à Marseille,
je lui dirai tout... Je n'ai rien a lui cacher et je sais qu'il me comprendra...

A part cette venue innatendue, Lyon est toujours aussi ennuyante...
Même avec les rumeurs de guerres, cette citée reste tellement calme...
A croire qu'elle est peuplé d'écervelés incapables de s'amuser...
J'ai sentit le sol gronder quelques fois depuis le reveil du draco sire Telperion,
Quant au crypte... Je sent qu'elles ne tarderons pas a vomir leur flot de cadavres...
Les morts grondent... Le dragon s'est eveillé...La terre tremble...Il ce trame quelque chose...

Je tremble pour Tessios... Et si le croc étais plus proche que nous le pensions?



==================================================================================


Île Dorée, le soir tombe.
Tessios se tenait devant le fameux navire en partance pour une terre nouvelle, il inspecta brièvement du regard se compagnons de voyages.
Une jeune elfe aux cheveux noirs et aux yeux tristes nommée Sirra, deux trois humains, une naine ...
Son regard se perdit dans les ruelles sombres et inhospitalières aux alentours espérant voir émerger Ellareis. Sa lettre d'adieu repose dans la grotte et il espèrait sincèrement la revoir avant de quitter ces terres en passe de tomber sous la coupe du Croc.
La voix du quartier-maître résonna comme un coup de clairon : "Tout les passagers pour le nouveau monde prenez plaaaace !" Tessios se retourna plein de morgue, son sac sur son épaule et sa faux embalée dans du tissus à la main.
Une autre voix, plus famillière se fit entendre dans son dos, avec son inimitable accent italien. "Téssiosse ! Tou part toi aussi ?" le gerrier se retourna vivement.
Il se retrouva nez à nez avec Maria-Anabella Di Palermo, chanteuse de cabaret et prostituée de luxe. Elle portait un énorme barda remplit de vêtements, d'instruments et de sex-toys.
"Ma tou en fait oune tête ! Tou te casse aussi ? Tou as accoumoulé assez d'or comme tata Maria-Annabella ?" Le ton rieur de la sicilienne stoppa momentanément l'embarquement.
Le mercenaire lacha un long soupir las "Non Maria, je pars c'est tout." Sur ce la barde haussa les épaules avant de trottiner jusqu'au navire, laissant l'humain seul.
Partir ... pour protèger celle qu'il aime, voilà la vérité. Loin de lui elle sera en sécurité. "Ellareis ..."
Puis il leva la tête et marcha jusqu'à la queue devant le bateau.

Soudain une petite main tenta d'attrapper le bras de Tessios,
la proprietaire de la petite menotte n'eu que le temps d'éviter de justesse,
un coup de faux si rapide et précis, 
qu'elle y perdit une meche de sa crinière rousse mechée de noir...
Une halfeline ce tenais devant Tessios, visiblement terrorisée...

=Je... Je ne voulais pas de... Enfin... Je suis la soeur de Titania...L'amie de votre amie... Enfin heu... Dame Ella... Elle vous expliquera mieux que moi...

Une elfe au teint bleu et a l'étrange chevelure verte apparais, comme tombée du ciel...
La paire d'ailes rouge dans son dos eplique cette arrivée si soudaine...
Ellareis souris mais son regard est ampli de tristesse...

-Tessios... Tu t'en allais sans moi? Je viens de trouver ta lettre...
Une minute de plus et je manquais ton départ...

L'humain plongea ses yeux pâle dans ceux de l'elfe "je suis désolé, Ellareis, je ne voulais pas t'éviter. En tout honnèteté, j'espèrais que tu vienne."
Il marqua un temps d'arrêt, se perdant momentanément dans les yeux verts d'Ellareis. "Il faut que je parte, quand tu sera prête tu trouvera le chemin pour me rejoindre. Tu as encore tellement à faire ici ... et ma présence serait un fardeau de plus."
Puis il se pencah et déposa un tendre baiser sur les lèvres entrouvertes de l'elfe, Meliéa la halfeline se couvra pudiquement les yeux.
Quand elle les rouvrit, l'humain s'était déjà éloigné d'une dixaine de mètres en direction du bateau, laissant Ellareis transie.
Il se retourna une dernière fois, son regard trahissant les regrets et les tristesses qui tourmentaient son coeur.
-"Sieur Tessios ! il ne manque que vous !" Criait une petite voix depuis le navire. Sirra Danselombre lui faisait signe, derrière elle Maria-Annabella et d'autres passagers bougonnaient d'impatience.
-"A bientôt Ellareis, je t'attendrais." Puis il remballa son arme d'un geste souple et jeta son petit sac sur ses épaules avant d'escalader les marches du navire.
Le silence laissa place aux choses qu'on ne dit qu'avec les yeux, alors que le navire apareilla et commença à partir au large.
Elle le laissa partir, comme lui s'en allait. Par amour.

**
Souvenirs d'une enfance heureuse***

Il y a bien longtemps,
sur un territoire sylvestre bien loin de Lyon...

=Brume!!!! Ou tu vaaaaaaaas?!!!!

Une enfant elfe sur le dos d'une jument bien trop grande pour elle et trop fougueuse,
fonce au grand galop dans la foret enchantée...

-Ella!!! Mais attend moi!!!

A la suite de la jument hors de controle, une autre elfe tente de rattrapper sa soeur,
sautant de branche en branche avec l'agilitée et la grace digne de ceux de sa race...
Au détour d'un virage elle aperçu enfin l'animal et sa cavalière en déroute...
Elle profita du virage pour gagner du terrain et tenta le tout pour le tout
en ce jettant sur l'animal afin d'aider sa... Jumelle...
Maintenant que les deux enfants étaient sur le dos de la jument,
la ressemblance etait plus frappante qu'une hache de nain en équilibre sur une tête d'orc...
La jeune et téméraire Silwenn attrapa les reines qu'Ellareis avais perdues,
et utilisa tout son poid pour appuyer sur le dos du cheval en tirant les renes de toutes ses forces...
La jument, joueuse mais pas méchante obeit a l'ordre donné et freina doucement sa courses,
pour finir par tirer rageusement sur ses liens afin de broutter un appetissant tapis de trefle rose...

=Et ben on a eu chaud!!!

Dit Ellareis en ce tournant pour regarder sa soeur...

-On??? Tu a volé ton propre cadeau a nos parents tu est fière de toi???

Silwenn, rouge de colère, passa sa jambe au dessu de la tête d'Ella avec rage mais précision,
et glissa du cheval pour grimper a un arbre tout a coté de la jument grise...

-Tu compte faire quoi maintenant? Tu vas aller ou?
=Je sais pas ailleurs, on verra...
-Tu sais qu'en dehors de nos terres les bois sont infestés d'orcs et de gobelins?
=Ils ne me font pas peur...
-Ha ha ha t'est trop bête? Toi non plus tu ne leur fera pas peur tu sais...
=Tu compte faire quoi?M'empecher de partir?
-Non... Je veux juste que tu fasse pas un truc que tu regrettera plus tard...

Silwenn et Ellareis étaient semblables en tout point... Sauf sur un seul...Le caractère...
Ellareis a toujours eu un tempérament de feu...Depuis qu'elle est née...
Deja bébé elle ne tenais pas en place, même a 4 pattes elle arrivais a ce faire la belle,
sous le nez des ses parents pourtant très attentifs, un bon fond mais une turbulente petite elfe...
Elle semble avoir un don assez pronocé pour la magie en général, normal dans une famille pareille,
ce qu'elle ignore c'est que certain de ses ancetres sont plus puissant qu'elle ne le crois...

Quant a Silwenn, elle serais plutot l'air, un vent puissant...
Discrete et très sage pour son age, elle ne pense qu'a la foret,
pas pour ses animaux, ni pour son calme, mais pour l'extraordinaire terrain d'entrainement qu'elle constitue...
Passant son temps a s'entrainer, la petite inquiète un peu ses parents, issue d'une famille de pretresses,
elle ne semble s'interresser qu'aux combats et aux armes, une allure de garçonne, un minois angelique,
mais aussi une force hors du commun pour une enfant de son age...

Les deux enfants sont liées par le sang, mais aussi par leurs corps identiques a la naissance...
Cette ressemblance n'a jamais gêné Silwenn, par contre Ellareis haissais cette particuliaritée...
La petite pretresse ce sentais constament dans l'ombre de sa soeur, plus exeptionnelle a ce que disaient les grands...
Pendant que Silwenn subissais un entrainement special donné par un maitre d'arme,
Ellareis suivais les cours de sa mère, qui voulais en faire une pretresse digne de ce nom...
Au plus profond d'elle, elle sentais que sa veritable vocation ne serais pas de faire office de simple interprete
entre les dieux et les elfes, une voix l'appellais dans sons coeur, une vois qui lui susurais toujours le meme refrain...
Vas t'en et apprend par toi même...

=Arrête avec ton air superieur tu ne me retiendra pas cette fois...
-Je prend rien du tout j'essaie de comprendre nuance

Avant de laisser a Ellareis le temps de réagir, Silwenn ce laissa tomber la tête la 1ere,
retenue a une branche au niveau du genoux;
elle attrappa les renes d'une main, saisi la branche de l'autre et sauta en selle,
poussant Ellareis a terre...

*Paf*

Tombant lourdement sur le séant, Ellareis ce releva rouge de colère a son tour...

=REND MOI MA BRUME!!!!
-Pas tant que tu sera pas calmée...
=C'est mon ANNIIVERSAIRE REND LA MOIIII
-Non tu monte avec moi et on retourne chez nous
=...

Sans dire un mot Ellareis monta en selle derrière sa soeur,
elle se dit que sa soeur ne serait pas toujours la... Un jour elle partirait...Loin d'ici...

Les 2 enfants reprirent le chemin du domaine famillial,
elles devaient avoir une dizaine d'années humaines,
et semblaient grandir trop vite...
La robe d'Ellareis étais déchirée, ses grands yeux verts ampli de rage
commençaient a perler de fines mais si lourdes gouttes,
qui ne tarderent pas a mouiller ses joues...
Sa crinière rousse en bataille de boucles et de meches rebelles
volais dans la brise sylvestre avec grace...
Silwenn regardais le chemin et les oreilles de son cheval (technique de cavalerie elfique)
avec un détermination tellement forte qu'elle ce lisais sur son visage entier...
Elle étais assaillie de doute cependant... Avais t elle été juste envers sa soeur?
La peau pale de l'enfant semblais ce jouer des ombres qui la travesait,
l'enfant étais si jolie au millieux de ses frères arbres...
pourtant Silwenn ce moquais bien de la beauté et de la douceur,
elle etais une guerrière, car si elle ne l'étais pas encore elle le serait un jour elle le savais...


*Ellareis ce réveille en nage dans son lit*
*Secoue la tête un peu perplexe*

Silwenn... Ainsi tu m'a retrouvée...


======================================================================


***Cannebière Marseille, par une chaude fin d'après-midi***

Une elfe au teint bleu joue un air très mélancolique, il semble innachevé, elle semble ne pas s'en lasser...
Une dame humaine, cachant son visage sous une large capuche fait son entrée sur la cannebière,
et ce montre interpellée par cet air de flutte...
La dame palladine protectrice de Lyon s'approcha de l'elfe si enigmatique, avec prudence,
elle lui dit doucement:

=Votre air est très joli mais tellement triste...

L'elfe ce retourna vivement comme choquée de ne pas avoir sentit cette présence plus vite...
Et reconnu au 1er coup d'oeil cette Dame qu'elle avais si souvent espionné par le passé...

-Vous!

Lacha t-elle dans un souffle rauque, avant de disparaitre 
devant les yeux grands ouverts de la courageuse Chris Bullow.
Chris sentait toujours la présence de l'elfe étrange dans son dos,
et resta sur ses gardes, immobile jusqu'au bout des cils...
Elle sentit le souffle de l'elfe dans sa nuque et ce retourna doucement,
une vois retentit du vide que Chris regardais sans voir...

-Ainsi c'est a cause de toi qu'il est partit?
-A cause de toi qu'il a témoigné
-A cause de toi qu'il est si loin maintenant...

Chris restais toujours aussi calme au grand damne de sa mysterieuse interlocutrice.

=De qui parlez vous, et qui êtes vous?

L'elfe réaparu devant la paladine perplexe, et toisa la Dame Bullow de haut en bas...

-Qu'a t il pu aimer chez toi de si seduisant...
=Mais qui donc???
-Tessios...

L'elfe lacha ce prénom, sur un ton ampli de tristesse et de desespoir...

=Tessios...

Répeta Dame Bullow sur un ton las...

-Si vous voulez que nous parlions, allons ailleurs, je vous promet de ne pas vous toucher...
=Soit... Je vous suis mais ne comprend toujours pas... 

Ellareis enmena Dame Bullow dans un des bars de Marseille,
s'assurant bien de ne pas croiser ni Vincenzo, ni Peruppi...Ni personne de la clique a Corleone...
De toute façon depuis le départ de Tessios, elle ne les avais jamais revus...
Quand les deux dames furent enfin au calme la discution entammée sur la cannebière,
repris de plus belle...

=Je ne sais toujours pas qui vous êtes...

*Montrant sa bague avec fierté*

-Je me nomme Ellareis Laashendraw, et je suis la fillancée de Tessios...
=Tout s'eclaire tout a coup...
-Vous etes loin du compte vous ne me connaissez pas...
=Quel tombeur ce Tessios...
-Pourquoi l'avoir envoyé si loin? Pourquoi l'avoir forcé a témoigner?

Dame Bullow passa son après midi a ce justifier a l'elfe en tentant de la calmer,
et tenta aussi de la ramener a des sentiments plus raisonnables,
cela ce termina sur un echec au bain publics de Lyon... 


============================================================================


***Aux bains publiques le soir même***

Une elfe étrange au teint bleu et aux ailes rouges ce tiens seule au bord du bassin,
a coté d'elle, des bouteilles vides d'hydromel elfique que Tessios lui avais offertes au solctice d'hiver,
dans sa main, une de ses mêmes bouteilles a moitié pleine, mais bien vide aux yeux d'Ellareis...
Dans les yeux de l'elfe, une larme coule, solitaire, doucement, elle n'eu pas le temps de tomber,
car l'elfe venais de fermer les yeux et de tomber dans le bassin...

Elle resta dans l'eau jusqu'a ce que ses poumons soient gorgés d'eau...
Son coeur pompais rageusement, comme furieux de ne plus avoir son air si précieux...
Doucement, Ellareis laissais glisser sa vie dans cette eau chaude et vaporeuse...
Sa longue existance ce déroula comme un vieux parchemin dans son esprit,
Sa famille...Lyon, Nemnesis et Feanor... Son enlevement... Lord et l'apocalypse...
La sollitude de la caverne, les deux petites, Vincenzo et Marseille... Et bien sur Tessios...

Soudain, alors que les dernières bulles d'air contenues dans les poumons de la belle gagnaient la surface,
Chris Bullow entra dans la pièce et sortit le corps inerte d'Ella, elle la soigna grace a son don divin,
puis la placa en cellule de dégrisement sous la cathedrale...


======================================================================


Ellareis ce reveilla doucement en prison après une nuit et une journée entière de repos,
elle regarda par le soupirail, vu la couleur du ciel, le soir tombais doucement sur Lyon...
Elle tira sur elle la couverture en toile de jut grossièrement tissée, 
et remarqua qu'elle étais toujours en tenue légere... 
Heureusement les deux autres détenus qui partagaient une des cellules voisine de la sienne,
ne s'y trouvaient plus, elle avais eu du mal a ce reposer tant leur bavardage restaient incessant,
ils avaient du être liberés ou transferé pendant son sommeil, 
elle apprecia le silence enfin retrouvé un long moment...
Elle essaya de ce rememorer les evenements de la veille mais,
certaines choses c'étaient perdue dans les vapeurs d'hydromel de la veille...


======================================================================


***Lyon, cellules au sous sol de la cathédrale***

Ellareis dormais, frigorifiée car toujours si légerement vêtue,
blottie sous une couverture en toile de jut,
elle rêvais, que Tessios arrivais et la sortait de ce trou...
Soudain, les pas qui resonnaient au loin dans son rêve s'intensifièrent,
une porte s'ouvrit, grincante, et une main douce et chaude ce posa sur le visage,
sale et marquée de larmes de l'elfe au tein crepusculaire...

Quand Ellareis ouvrit les yeux,
ce n'est pas le visage de son sombre fillancé qu'elle trouva devant elle,
mais la mine inquiète et un peu triste de Chris Bullow, 1ere dame paladine de Lyon,
commandante des armées de Telperion, fille bien aimée d'Athena...
D'abord Ellareis fut saisie,
elle n'avais pas remarqué les yeux bleu de la belle métisse qui ce tenais devant elle,
une tasse de Thé a la main, la beauté de Chris étais tout simplement divine,
autant que son aura brulante, mais si différente de la précédente rencontre...
De sombres pensées avaient envahis la si pure aura de Chris Bullow...
Ellareis préfera laisser Chris parler pour ne pas la brusquer comme elle l'avais fait
a Marseille et aux bains publiques de Lyon quelques jours auparavent...

Une longue discussion aboutit a l'endroit même ou Ellareis failli laisser sa vie lui echapper...
Les bains étaient assez calmes malgrés une jeune fille a la langue bien pendue,
qui ne controlais ni son pouvoir magique, ni sa bétise profondement encrée a son esprit si jeune...

Une nouvelle chaine du destin s'etais déployée,
elle lia deux coeurs pourtant si différents aux premiers regards,
une amitié a eclo ce soir la, dans les vapeurs parfumée de cet endroit si agréable...
Voir marcher Chris Bullow et Ellareis Laashendraw cote a cote,
voila une chose plus que surprenante, et Telperion, dans sa grande sagesse,
s'en frotte les mains, une fille prodigue prépare son retour, pour aider le commandant des armées de Lyon...
Ellareis a gagné en puissance, cela risque d'être interressant....


===================================================================


Ellareis est retournée dans sa caverne,
pleine de désordre laissé par les deux petites,
sans parler de la poussiere et de la pauvre flamme qui ne croyais plus revoir sa maitresse...
Apres quelques heure de rangement et un ou deux sorts de purification,
la dame bleue aux ailes rouges s'installe confortablement
sur un tas de vieux coussins usés jusqu'a la corde mais propres...
Son journal dans une main, sa plume dans l'autre...

=RAaaa la peste sois de ce désordre ou est-ce que j'ai laissé trainer mon ancrier?

Elle ne chercha pas longtemps, sur le pupitre de corail de lune (un corail fluorescant récolté au large de l'ile dorée)
empoignant la fiole nacrée, elle se laissa tomber dans les coussins
laissant quelques plumes d'oie voleter puis ce poser sur les tapis de la caverne...
Elle ouvrit ensuite son journal et trempa sa plume dans la petite fiole de nacre noire.

=Avec de la lumière ça sera plus simple, idiote...

Elle leva le doigt et pronoça une formule en elfique qui alluma toutes les chandelles de la piece.

=Voila qui est mieux.

Elle entama ensuite le recit de ses dernières aventures,
pas très glorieuses d'ailleurs...

Soudain Meliéa entra dans la caverne un parchemin en main et un sourire inhabituel sur le visage.

-Dame Ella!!! J'ai une bonne nouvelle je crois, je ne l'ai pas ouvert mais je pense reconnaitre ce sceau.
=Montre moi ma belle!
-ça viens du nouveau monde, c'est le messager de Marseille qui me l'a confié...

La petite halfeline tend le parchemin, toujours avec ce sourire béat au lèvres...
La petite semble vraiment convaincue de faire le bonheur de sa Dame,
si triste depuis le depart de l'homme a la faux...

=Tu avais raison Meliéa, cette faux sur le sceau, pas de doute c'est Tessios...

Dit Ellareis avant de s'enfermer dans sa chambre afin de lire les nouvelles que le destin lui apporte...


================================================================================


Le soleil s'était couché depuis un moment, et un humain alluma une bougie dans son chalet de bois.
Tessios venait de bâtir sa propre maison dans une colonie du Nouveau Monde.
Le village était appelé Mont-Vrai, sans véritable raison les montagnes les plus proches étaient encore loin et la colonie était intallée sur la côte.
L'ex-mercenaire aiguisa sa plume, la trempa dans l'encrier et commença a écrire avec souplesse sur une feuille de parchemin.

"Ma douce Ellareis,
Je suis bien arrivé au Nouveau Monde et j'ai également construit de mes mains notre maison, oui car je te la destine également. Je me languis de toi, mais tu as de hautes responsabilités à présent.
La vie est calme ici. Syth, ma fidèle faux reste suspendue au-dessus de la cheminée. Je vis de la chasse et de la vente de peaux, les forêts sont très giboyeuses.
Damoiselle Sirra Danselombre est devenue mairesse et entretien une relation avec une ancienne collègue de "travail" à l'époque où je travaillait pour Vicenzo : Dame Di Palermo. La bougresse a accumulé tellement d'or qu'elle fait figure de noble de haut rang ici et les nombreux arpents de terre qui lui appartiennent lui rapportent beaucoup, car elle cultive le coton.
Bref, la vie est tranquile et confortable.
Les indigènes se montrent amicaux. Ce sont des elfes avec une peau plus proche de celle des humains, mais plus bronzée.
Ils sont un peu sauvages, mais ont un profond sens de l'honneur et du respect.

Ne t'inquiète pas pour moi et concentre-toi sur les périls qui t'attendent.

En priant pour que cette lettre traverse la mer jusqu'a toi,
Ton Tessios" 


======================================================================================


***Caverne d'Ella aux alentours de Lyon***
Ellareis est penchée sur son pupitre,
et redige a la plume un parchemin.
Une coupe en or massif décorée d'un dragon, remplie d'hydromel elfique est posée a coté de sa main,
un calumet étrange repose sur la tablette a coté du pupitre,
l'elfe bleue pleure doucement en prenant garde de ne pas tacher le parchemin...



Mon amour,

Ta lettre m'est arrivée et m'a réchauffée le coeur,
rassurant,le dernier courrier que j'ai reçu avant le tien l'etais beaucoup moins,
le croc te cherche et m'a menacée pour savoir ou tu te cache,
Chris Bullow m'a mise sous sa protection, mais je reste assez distante...
Je commence a l'apprecier, elle semble murir et prendre conscience,
que le mal peut aussi etre constructeur a mon contact...
Je veille aussi sur elle depuis l'ombre comme avant,
mais je sent des regards dans mon dos,
des regards qui precedent le bruit d'une arme que l'on degaine...

Je ne sais pourquoi, Telperion m'a pardonnée et tolère ma présence en ville...
Je suppose que Chris aura trouvé les mots qu'il faut pour faire plier
ce vieux tetu de dracosire...

L'apocalypse met la pression en ville,
ce qui accroit encore plus l'inscurité locale,
ils en sont a leur 2eme attentat,
et cette fois ci, la comptesse a disparut,
je les ai surveillé, j'ai remarqué deux exterieurs assez louches,
ils ressemblent a des drows mais on des ailes et une degeine bizare...
Il y a aussi ce vampire qui traine parfois a Lyon, ailé lui aussi,
leur aura est dix fois plus sombre que la mienne,
a donner la chair de poule...

Désolée de t'envoyer de si facheuses nouvelles,
ne t'inquiete pas trop pour moi je ne suis pas seule,
les deux petites sont souvent ici, avec le petit Auguste,
sans parler de Chris qui deviens de plus en plus proche...
Je n'ai pas revu Vincenzo ni Peruppi,
je me suis dit qu'ils avaient eux aussi quitté cette terre...
J'espere ton bonheur même loin de moi,
au moins, tu est en securité...

Tu me manque mon cher Tessios,
je joue a la flutte cet air de harpe que tu m'avais joué...
Je ne peux m'en lasser même si il est innachevée...
Il y a tant de choses qui restent en suspend entre nous...
Je ne veux pas faire de toi un beau souvenir qu'on garde dans un coin du coeur,
je reste persuadé que tu reviendra un jour me chercher...
J'espere que je ne me retrouverai pas encore une fois comme une sotte,
seule, a rêver...
Ne m'oublie pas car moi, je ne t'oublierai jamais...

A bientot peut etre...
Avec tout mon amour,

Ton Ellareis

**Le parchemin de soie cirée est cacheté a la cire Bleue Et parfumé a la myre et au sental**

Ellareis sortit de sa caverne, et partit a tire d'aile
a la recherche du messager de Marseille, avant que le navire ne quitte le quais. 


============================================================================


L'apres midi étais douce en ce jour de printemps a Lyon,
un groupe d'halfelins et de garde profitait tranquillement du soleil
en discutant de choses et d'autres...
Soudain une elfe au visage Bleu et au cheveux verts fit son entrée,
et salua le commandant de Lyon, son amie Chris Bullow.

Ellareis ce mela a la discution, mais restait soucieuse,
Chris essaya d'en savoir plus mais ne put pas en retirer grand choses,
si ce n'est qu'elle sentait le regard du croc sur elle...

Le groupe finit par faire oublier un peu le probleme du croc,
et Ellareis ne fit pas attention aux ombres trop sombres qui entraient discretement en ville...
A la grande surprise de tout le monde, une volée de carreaux empoisonnés et envoutés,
vinrent ce planter dans le corps de la belle Ellareis.
Deux dans le bras et la main, une dans le ventre, une dans le poumons et deux dans le coeur.
L'elfe n'eu pas le temps de reagir, elle s'écroula et sombra dans un profond coma.
Chris Bullow paniquée porta le corps d'Ellareis dans la cathedrale,
alerta les pretres qui tenterent de la soigner et fit demander a Telperion
de quérir l'aide de Tessios au nouveau monde...

Pendant ce temps, Ellareis lutait contre le violent poison,
mais perdit vite se forces, son coeur battait de plus en plus lentement,
pour finir par ne plus battre du tout...
Son bras ou etait encore planté le carreau ce liquefia rongé par le poison,
il n'en restait plus que des os, Chris et Sandra, sa jeune recrue,
enleverent en vitesse les carreaux qu'il restait encore dans le corps meurtrit...
Alors un vent violent s'engouffra dans la cathédrale,
manifestation de l'esprit tourmenté d'Ellareis...

Quelques heures plus tard, le grand Telperion atterit devant la cathedrale,
avec sur son dos, le plus beau des mercenaire et l'amour d'Ellareis, Tessios.
Il entra dans la cathédrale suivit par Telperion, lorsqu'il vit le corps sans vie d'Ellareis,
il ne put ravaler ses larmes et tomba a genoux,
en serrant celle qui lui avais reappris a aimer, la douce Ellareis.

Telperion fut aussi très triste, et ne voulais pas perdre cette elfe vertueuse,
qui avait été sous ses ordres pendant si longtemps...
Il prit alors la decision de la ramener a la vie, usant d'une magie très ancienne,
il insufla le pouvoir du dragon qui reveilla la vie en elle...
Ellareis ouvrit les yeux, et vit Tessios, Chris, Sandra, et surtout Telperion
qui venait de la tirer des limbes ou elle ce perdait...
Apres avoir remercié tout le monde, elle demanda qu'on lui organise des funerailles,
afin que le croc la croie morte, quant a Tessios, il fallais faire courir une rumeur sur sa disparition...
Ainsi Ellareis et Tessios pourraient enfin vivre en paix...
La paix, ils en avaient bien besoin...


Ellareis s'appretait a franchir la porte de Lyon quand elle eu un drole de sentiment... Ignoré depuis si longtemps...
La peur lui nouais la gorge...
Ses derniers souvenir avant de ce retrouver dans les bras de Tessios,
lui revenaient sans cesse;
Des ombres, des carreaux magiques et empoisonnés, le visage de Chris,...
Puis plus rien... Juste ce réveil a la cathédrale et cette brume l'ayant précédé...
Avant de revenir a elle Ellareis ce souvient d'avoir divagué... Ou alors etait elle déja morte?
Elle voyais la cathédrale comme a travers un voile de brume,
elle ce tenait debout mais personne ne la distinguait,
elle n'entendait que les prieres de Chris, la voix de Tessios et le souffle de Telperion...
Ellareis secoua la tête pour chasser ses pensées d'outre tombe et fit un pas en avant, puis un deuxieme,
et ce décida enfin a passer les portes...

Sur la place du faubourg... Pas grand monde... Mais trop tout de même...
Ellareis regarda l'endroit ou elle était tombée et frotta les os qui lui servaient de bras dorénavent...
Le poison violent plus la magie puissante avait fait tomber la chair, de l'épaule jusqu'a la main,
et il ne restait a cet endroit que le témoin d'un scelette d'elfe maintenant mis a nu...
et il ne restait plus que le témoin d'un scelette maintenant a nu...

Ellareis n'eu pas le temps de ce trouver une tenue moins voyante,
qu'un bonjour résonna dans son dos; Legato!
Apres avoir salué l'halfelin poliment et echangé quelques bavardages,
Ellareis prit un ton solannel et dit a Legato;
"Peux tu prevenir le clan des 3 poingards que Titania et Meliea sont maintenant sous leur protection?"

La belle elfe n'eu pas le temps de finir sa phrase qu'elle tourna la tête vers un humain occupé a prendre des notes,
voyant que cet humain cachait son calepin, elle ce dirigea vers lui avec colère, mais resta calme, fulminant sous son casque...
L'étranger ne voulut pas dire pourquoi il espionnait l'elfe qui ce vit soulevée du sol après l'avoir traité de manant,
toujours aussi dechainée Ellareis riposta en donnant un coup de casque sur le nez de l'etranger qui jura un coup et la lacha...
Elle le provoqua ensuite en duel en le priant de quitter la ville sachant que les duels y sont interdits,
Ellarais exigeais réparation et l'attendit longtemps dans le bois avant crier au pleutre...

Lorsque le rat sortit de sa tanniere, Ellareis etait la, prete a lui donner une bonne leçon,
l'etranger ce rua d'abord sur flamme, la chienne d'Ellareis qui protegeais sa maitresse,
il l'aurait sans doute tuée si Ellareis n'avait pas revoquer ce pauvre animal qui ce remet doucement de ses blessures,
infligées par une arme magique d'apres les sequelles...

Le combat fit rage et Ellareis du croiser le fer pour proteger sa vie a nouveau...
Elle eu le dessu, et laissa un nain emporter le corps meurtit mais en vie, de son ami...
Elle eteignit les flammes qui consumait la foret grace a un sort de glace qui laissa une grande plaque de vergla a l'entrée de la ville...
Et disparu dans les bois...

Et dire qu'Ellareis voulais juste rendre hommage a Chris et confier ses deux petites halfelines...
Encore une fois elle paie le prix fort, et cette ville... Ne serait plus jamais la même sans Chris...

On peut voir des affiches donnant une vague description placardées en ville...
Ellareis est recherchée...
Heureusement, le témoin est tellement terrorisé, qu'il a prit Ellareis pour une drow...


Ellareis arrachat une des affiches qu'il restait a l'amena a Tessios...
Il lui tardait de quitter cette ville, si le croc découvre qu'elle est encore vivante,
elle risque de nouveau d'y perdre sa vie...



Depuis, plus personne n'a revue Ellareis... les rumeurs courent comme quoi elle assisterai le prince Elfique Ladriel dans les terres du dragon en compagnie de Tessios
_________________
La vie n'est rien d'autre qu'une série de pièces. Et ceux avec qui on est coincés font de notre vie ce qu'elle est.


Dernière édition par LadElskan le Ven 10 Juin - 11:07 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
LadElskan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Jan 2011
Messages: 82
Localisation: lost

MessagePosté le: Ven 10 Juin - 10:15 (2011)    Sujet du message: Chroniques Répondre en citant

Sandra Saint-Esprits


**un journal est caché sous le coussin de l'un des lits de la caserne des Paladins, il est fermé par un socle en Or.** 
** Ouvre le livre et le dépose sur les genoux**

"Je me nomme Sandra SaintEsprit, je vais sur ma dix neuvième année. Je viens du village de Arolir, où mon maître, Alrick, s'est fait assassiné. Il m'avait laissé une lettre me disant d'aller à Lyon, où, son ami, le Juge Lanner, l'avait informé que la ville était en situation de crise. 
Ce matin même j'arrivais donc à Lyon, et je remarquer déjà nombre d'affiches, peut-être ancienne, mais avec nombres incalculable de criminels recherchés en tout genre. J'étais venu pour allié mes forces aux Paladins de La Ville, je me mis donc à visiter, espérant tomber sur quelqu'un qui pourra m'aider ! Je me retrouve à Fourvière, quand un groupe de personnes arrivent et m'interpellent. Après discussion et présentation je me trouvais face à Dame Chris Bullow, Dame Aeriis et deux autres paladins, ils revenaient d'une grande victoire à CastelMort. 
Dame Bullow et Dame Aeriis, me demandèrent de les suivrent. Nous allions à la cathédrale, dans une salle qui se situe quelques étages en l'air. Je me fit interroger, et on m'attribua les habits Lyonnais, et ceux des paladins. Puis Dame Aeriis partit. 
Je partit ensuite avec Dame Bullow dans le faubourg celle-ci m'expliquer le fonctionnement de la guilde, des rondes et tout ce qu'il en suit. 

Nous arrivions au faubourg quand tout à coup, Chris Bullow s'arrêta et se jeta dans les bras d'une femme se nommant Ellareis. 
Puis un groupe de personne vint s'ajouter à la discussion, la bonne humeur était présente partout ! Mais trois quarts d'heures plus tard, le visage d'Ellareis se décomposa, tout le monde le remarqua. 
Chris et Ellareis partirent un peu plus loin discuter, Chris cherchant des explications à tout cela. 
Elles revenées parmi nous en essayant de sourire, ce qui ne dissimulait pas du tout l'angoisse et l'inquiétude qu'elles ressentaient. 
Nous continuons donc de bavarder en plein faubourg quand tout à coup je vit d'étranges et grosses ombres en mouvements dans les petites ruelles, en allant vers Fourvière et vers le Quai de Saône. Je partit à tout allure voir ce que c'étais. Les ombres, il y en avait un nombre incalculable, effrayantes, grosses, inquiétantes elle partirent toutes quand elles me vue arrivée. Je revînt donc avec les autres. Là quatre ou cinq flèches arrivèrent de nul part, elles étaient empoisonnées, et touchèrent Ellareis à plusieurs point sensible. 
Ellareis tomba à terre, inconsciente. 

Chris Bullow et moi amenèrent Le corps dans le coma à la cathédrale. Le corps se décomposait à cause du poison, il ne restait plus que des os. Je surveillait donc les portes pendant que Bullow s'occupait de Dame Ellareis. 
Après plusieurs sorts de soins, de résurrection, de bénédiction, enfin de tout les sorts positifs, essayés sur le corps, rien n'y changea. Plus tard un homme entra dans la cathédrale, se nommant Sir Alkahir Ceron, il disait avoir ressenti le malheur, le désespoir et la tristesse en ces lieux, pas très convaincant mais il resta avec nous. 
Quelques heures plus tard, Chris Bullow demanda à Alkahir et moi même d'aller voir Telpérion, dans la cathédrale, lui disant de la part de Chris d'aller chercher Tessios. 
Missions effectuée nous retournions au près de Chris et Ellareis. Puis Alkahir et moi allions surveiller les portes d'entrées. 
Deux heures plus tard Telpérion revînt avec Un homme sur le dos se nommant Tessios, il revenait du Nouveau Monde. 
Nous amenions donc Tessios et Telpérion dans la salle ou était Chris Bullow et ou gisait le corps d'Ellareis. 
Chris nous demanda d'aller l'attendre devant les chambres, au premier étage. 

Quelques temps plus tard Chris arriva et nous raconta la suite, Telpérion redonnât la vie à Ellareis, et Tessios et elle partirent heureux, ensembles, depuis nous n'avons plus aucune nouvelle. Puis Alkahir avoua a Bullow et à moi même qu'il était le frère d'un membre de l'apocalypse, Aknar Ceron qui était son cousin. 
Au début Chris le pris très mal, mais après explication, Alkahir fut accepté et rejoignit les Paladins. 
Nous continuons de bavarder quand vînt l'heure d'aller se coucher. Je partit donc à la caserne pour m'endormir. 

Ce premier jour avait été vraiment éprouvant, j'avais connu une victoire par les paladins contre les vampires, une promenade en ville, mon admission parmi les Paladins, les ombres en ville, la mort d'Ellareis, la rencontre de Telpérion et de Tessios puis la résurrection de Ellareis.

**Referme le livre et le remet sous le coussin**


Plus tard
**Reprend le livre de dessous le coussin, s'aperçois qu'il n'a pas bougé, en est soulagée, met le livre sur le lit**
**sur la page suivante du journal un petit texte commence a se faire rédigé**

Je viens d'apprendre la nouvelle pour notre chère Chris...
Je ne la connaissais pas beaucoup mais je me sens bouleversé...
Je pense que je devrais aller voir Liana mon amie druide, spécialisée dans le domaine de la guérison, ou alors parler d'elle a dame Aeriis, peut etre Liana pourra-elle  nous aider ?....

Dame Bullow est une femme très courageuse, j'admire ce qu'elle a fait contre sa vie...
Et pauvre Pinot, elle doit être totalement demoralisé, et moi qui suis là sans ne pouvoir rien faire....
**réfléchie**
Et si je me rendais à l'apocalypse...? Prendre des initiatives... ? 
Bon...nous verrons cela...J'y réfléchie...

**Referme le livre et le place cette fois ci dans le coussin, dans la taie de l'oreiller**



**Sort le livre de la cachette, l'ouvre et se met à écrire**

Je viens de recevoir et de lire une lettre venant du village ou réside ma dernière famille, mon oncle et ma tante...
Ils viennent de décéder et c'est moi qui doit hériter...Chris Bullow décédée, ma dernière famille idem..
Je me sens vide et seul, pourtant mon cas n'est rien par rapport aux autres...
Je pleins encore cette pauvre Pinot..
Je vais acheter une maison avec l'héritage, pour éviter de pense à Chris a la caserne, et pour avoir un lieu à moi, ou je récupérerai tous les meubles de chez mes derniers liens familiaux...
Il me restera ainsi des souvenirs...
**Pleure**
...

** Referme le livre et le redissimule **



Posté le: Mer 16 Avr - 12:09    Sujet du message: Sandra SaintEspriit



** Sort encore une fois le livre, détache le socle et le pose sur ses cuisses **

Je ne vis plus à l'extérieur, je reste à la caserne, quand je suis sortie la dernière fois, je suis arrivée à Fourvière entendant parler encore d'une menace dans les égouts...
Je commence à en avoir marre, mais je dois rester forte, pour la vie de tous les gens qui ont pérrit au combat, pour les citoyens, pour Lyon, pour les villes et villages alentours, pour le Bien, pour la vie, pour Chris...
Je vais me lancer sérieusement à l'achat de la maison pour y mettre tous les meubles et bibelots de mon oncle et de ma tante, j'y mettrai aussi quelques belle pièces rares dont un tableau du village ou je vivait, ce tableau appartenait à mes parents.

Je vais me remettre à sortir, il faut bien, si on veut surpasser tout ce mal être.
J'ai revue Liana, mon amie druidesse, j'était bien heureuse, cela fesait près d'un mois que l'on ne s'était pas donné de nouvelles, elle se bat encore pour la nature, c'est une bonne et noble cause, j'espère qu'elle et tout les autres druides y arriveront ! 
J'y vais tiens, il faut que j'aille à la bijouterie vendre quelques petites bagues...

**Referme le livre et le cache sous le matelas**


**vérifie d'être seule dans la pièce, sort le livre de dessous le matelas et l'ouvre**

J'ai rencontré le lieutenant de la garde, Corr'Tex, et je dois t'avouer qu'il ne m'a pas laisser indifférente...Bien évidemment j'ai fais comme si de rien n'était..
Il était très fatigué, s'enchaînant beaucoup de gardes à la suite, je lui proposait donc de prendre les dix prochaines heures pour qu'il se repose, il accepta et alla se reposer, et par chance, les dix heures ou j'étais de garde, ce sont merveilleusement bien passées malgré quelques bruits sourds venant des égouts, des ombres effrayantes dans les petites ruelles du faubourg et des miaulements assez intrigants du côté du Quai de Saône et de L'ile barbe.

Plus tard, nous nous revîmes donc à la cathédrale où il me remercia pour l'avoir remplacé, ses yeux étaient beaucoup moins cernés, encore une fois je n'étais toujours pas indifférente à cet homme, il est très séduisant, charmeur, comique et vraiment très sympathique..
Nous nous revîmes le lendemain au faubourg, il était en pause et moi aussi, nous décidions donc d'aller à la cathédrale au premier étage pour bavarder tranquillement et pour faire connaissance, l'idée venant de moi..Nous y allons, et là bas, nous parlions beaucoup de nous, et nous nous connaissons vraiment mieux maintenant.
J'ai appris qu'il voulait être un épéiste au service de la garde mais qu'il s'est  montré qu'il avait des dons pour la magie, il jouait donc un rôle qui ne lui plaisait pas forcément, ce qui nous fait un point commun du fait que moi, je voulais devenir archère pour la garde mais qu'il s'est avéré que j'étais très douée au  corps à corps.
nous parlions de nous, de cuisine, de famille, de plein de sujets intéressants où nous avons souvent eu le même avis.

Pendant que nous parlions cuisine, il me demanda si j'aimais la cuisine Lyonnaise et lui avoua que je n'y avais jamais goûté. Après cette phrase il m'invita au bouchon lyonnais pour un dîner en tête à tête, ce qui m'a vraiment beaucoup plus comme idée et j'ai dessuite accepté. Nous y arrivons à vingt deux heures, commandons le plat régionale, spécialité de la maison, nous restons jusqu'à deux heures du matin. Pendant le repas il m'avait à plusieurs reprises pris les mains en me souriant..Les sentiments que j'éprouvai pour lui était-il réciproque ?
Je ne pensait pas..A deux heures du matin je disait qu'il était pour moi l'heure d'y aller et nous nous donnions rendez vous le lendemain à dix huit heures à la cathédrale. J'y arrivais à quinze heures par peur d'être en retard, quand j'arrivais au rez-de-chaussée en courant, Corr'Tex était là et me dit d'un coup :" Je suis là Sandra ".
Je me retournais rouge avec un grand sourire..
Je m'approchais de lui pendant que lui en faisait de même vers moi...
Nous nous souriant mutuellement quand tout à coup il s'approcha lentement de moi et m'embrassa, nous restons comme ça plusieurs minutes, puis nous avons tout deux dit timidement : " Je t'aime Corr'Tex/Sandra" ..

J'étais bien évidemment très heureuse, nous décidons de monter à l'étage pour bavarder encore une fois tranquillement.Arrivés en haut nous trouvons une porte d'une chambre ouverte, ce qui est étrange, de l'extérieur nous appelons pour voir s'y il a quelqu'un, personne ! Corr propose de rentrer à l'intérieur, nous rentrons, moi devant et lui après, il referme la porte derrière nous..Je n'y prête pas attention.
Nous nous ré embrassons et nous disons que nous nous aimons, Corr était très tendu, je ne savais pas pourquoi..Nous allons nous appuyer sur le bord du lit tout en parlant, à un moment je tombais en arrière sur le lit, donc à moitié couché, il fit de même et je posais ma tête sur son torse..nous étions tranquille et il commençait à se détendre...Je lui avouait là qu'il était mon premier amour et mon premier baiser..Il fit donc la conclusion en me le disant que j'étais sa première femme sans expérience..Cela s'arrêta là mais je lui promis que cela ne poserai pas problème.

Puis nous faisions chacun la cour à l'autre en faisant un petit jeu de séduction.Puis arriva le moment où ce qui serait arrivé de toute manière arriva, je dois avouer que j'étais un peu stressé du fait que ce serait la première fois pour moi et sans doute pas pour lui..
Cela se fit très bien et tout se passa formidablement..
Nous nous endormions après tout cela...

**referme le livre, il n'y a toujours personne, le glisse sous le matelas**





Posté le: Jeu 24 Avr - 08:48    Sujet du message: Sandra SaintEspriit



**ressort le livre discrètement, se dit décidemment que quand elle est là il n'y a jamais personne**    

Je viens de recevoir l'héritage de mon oncle et de ma tante, je vais donc acheter la maison du fait qu'après je devrais y entreposer les meubles..
Enfin..
Avec Corr, tout se passe bien, il m'a parlé d'enfant, évidemment il ne sait pas que je suis enceinte et heureusement, il ne le saura qu'après la guerre avec Père Carmody contre L'Apocalypse.
Je n'ai pas grand chose à te dire, Père Carmody sait que je suis enceinte, pendant la guerre je serais à l'arrière pour m'occuper des soins !
Je dois voir Dame Aeriis, commandante de la garde pour lui dire que je suis enceinte essayer d'avoir un ou deux tour de garde en moins..

J'espère que jamais Corr en me cherchant à la caserne ne te trouvera !

Bises à toi.

**referme le livre et le pose sous l'oreiller, dépassant légèrement**


**sort le livre, qui a accumulé une certaine poussière**
Voilà, sayer, je suis une femme mariée, Madame Sandra SaintEspriit'Tex.
Ça fait bizarre de se dire ça, mais j'aime bien, et je suis amoureuse..
Corr ne sait toujours pas que je suis enceinte, je ne sais pas si je dois lui dire..
Au fait, chris bullow est revenue à la vie, père carmody lui a disparu..
J'ai dit a Chris Bullow que j'étais enceinte, a priori, elle le savait déjà, comment je ne le sais pas..
M'enfin, elle m'a conseillé de le dire à Corr, mais je n'ose pas, imaginons qu'il y est des complications et que je perde l'enfant..Corr serait mal, et je ne veut pas que cela arrive..
Il ets déjà assez anxieux et inquiet pour moi, pas besoin d'en rajouter..

Je n'ai plus qu'a trouver une petite maison pour nous installer Corr et moi, notre petit endroit à nous deux quoi..
Je pense chercher au faubourg et a fourvière, voir au quai de saône, mais je ne voudrais pas aller trop loin non plus..

Cela fait maintenant, cinq mois que je suis enceinte, et évidemment, ça se voit..Corr doit quand même se douter de quelque chose, **esquisse un petit rire** lui dire que on nous nourrit bien à la caserne ne marchera pas jusqu'a l'accouchement !

Pendant un tour de garde, je suis allé en forêt des gobelins, je suis arrivé au bon moment, il y avait des tensions qui aurait sans doute mal terminées, mais j'ai réussi a disperser le groupe à temps, seulement deux femmes, ne voulait pas partir, mais, cela n'était pas grave, elle ne perturbait pas la vie quotidienne.
Une de ces femmes, une druidesses, m'a dit que évidemment j'arrivais encore quand il ne fallait pas ! 
Ma foi, j'entend beaucoup parler des druides en ce moment, j'ai même entendu la rumeur, que, les druides céderaient la forêt a l'Apocalypse et ne s'allierai pas avec nous..C'est pas très druidique tout ça..

Ah, j'entend du bruit, quelqu'un doit arriver, je te laisse..

**referme le livre et le dépose sous la couette**






Posté le: Mar 29 Juil - 09:34    Sujet du message: Sandra SaintEspriit



**Reviens depuis longtemps, prend le livre, n'enlève pas la poussière**
Coucou;
Je viens te récupérer, Corr et moi avons notre maison et je vais t'entreposer là-bas.
Je suis enceinte de 8 mois ... Dans un mois c'est l'accouchement, dès que je vois Corr, je lui dit, mais il doit le savoir **sourit**.
Notre maison est magnifique, assez grande, chambre pour enfants, salle de bain, cuisine, bureau, tout le nécessaire y est.
Les druides abandonnent donc la forêt et nous, je me demande si ce n'est pas que mensonges .. enfin ..

Je pense que cette histoire ce terminera bien. Dès l'accouchement, je me prend un arrêt maternité, ne m'étant pas arrêter pendant la grossesse sauf pour le voyage de noces, j'ai accumulait une fatigue assez importante.
Voila, j'arrête là, je te ramène à la maison.

**referme le livre, se lève, regarde la pièce, puis s'en va, ayant refait le lit pour sans doute la dernière fois **


**Le livres est là posé sur la table de nuit de Sandra**

Tiens coucou;
Ça faisait longtemps que je ne t'avais pas écrit. 
J'ai donc accuché d'un petit garçon Chris, Et Corr ne sait pas que j'ai accouché, je ne sais pas du tout où il est partit. Il a sans doute de bonnes raisons, mais je m'inquiète, je ne sais pas du tout où il est et surtout si il va bien . Si seulement je pouvais avoir des nouvelles rapidement.

Je ne sais pas ce qui m'a pris, J'ai essayer de me Suicider .. Autant que tu le saches. Chris Bullow l'a appris, elle m'a mis une gifle et elle avait sans doute raison, je n'ai pas réagie et je suis partit sans dire mots.
J'ai donner l'idée que j'allais peut-être démissioner. En plus, je ne suis plus commandante pendant la pause de Chris Bullow.
Je devrais pouvoir récupérer ma place par des exscuses et des explications, c'ets ce que je vais faire, c'est sûr, je peux pas démissionner, je suis né pour faire ce métier de toute manière.

Coup d'état; un homme a pris un couple de jeune mariés innocent qui était en pleine cérémonie en otages pour obtenir un livre qui se nomme le Livre des âmes.
Je suis arrivée, Pinot était déjà sur palce avec des aventuriers et quelques gardes.
Elel est partit avec eux cherchais c elivre, je susi restée seule avec l'homme, puis Belgarath est arrivé, javais rendez vous avec lui a la cathédrale.
Il m'a aidé a surveiller l'individu. A cause de mon incapabilité ce jour là trois innocents ont été tués.
Je suis allée voir les familles des victimes, une seule sur trois m'ont pardonnée.

J'y suis retournée ce matin, les deux autres après réflexion m'ont aussi pardonnée, je me sens mieux, ça fait un bien fou de savoir que les gens ne m'en veulent pas et ne me tiennent pas responsable de la mort des trois personnes.
Après tout c'ets mon boulot, ça peut arriver, c'est dans ses moments là qu'il ne faut pas se laisser marcher dessus et être forte, maintenant, je le peux, je le sais j'ai confiance en moi, il ne em manque plus que Corr et ma place de Commandante.
Je peux récupérer cette place je le sais.


Chris va a merveille, il grandit bien, est très sage, mais il ets aussi très susceptible, enfin à son âge c'est sans doute normal.
Il a une joie de vivre, un bonheur qui envahi tous les lieux ou il passe, toutes les personnes avec qui il discute.
Je l'aime, c'est mon fils. Je ne peux plus vivre sans lui.

Je vais te montrer a Corr a son retour, il connaitre tout de moi ainsi, et il verra ce qu'iml s'est passé a la cathédrale et ce qui est en quelques sorte arrivé par ma faute, et je n'aurai pas besoin de parler, juste de me cacher dans ses bras pour pleurer, pleurer de joie de le retrouver, pleurer car je suis heureuse avec lui, pleurer car nous aovns un fils merveilleux, pleurer seulement parce que je suis heureuse en ce moment.

Aller je te laisse, Bisoux.

Sandra SAitEspriit TEX ! **sourit et rigole**

**le livre est fermé, redéposé au même endroit**


Menant avec hargne et rage le combat contre l'apocalypse tout en rêvant des jours heureux qui allait suivre si ils gagnaient, Sandra riait aux éclats durant le combat, lançant quelques ordres à des gardes tros surs d'eux.
Son fils va bien, son mari aussi. Elle été encore enceinte, ne l'avait dit à personne, elle a fait la bataille, a perdu l'enfant, néenmoins elle n'a pas été triste.

La vie est redevenue calme, elle s'occupe de Lyon avec Lacrima après le départ de la famille Bullow sur leur île natale. Elles se débrouillent bient, la garde vit de mieux en mieux, les délits se font rare.
Précédemment, Sandra et Lacrima aurait discuté d'une éventuelle rechute comme a l'époque de l'apocalypse, il s'avérerait que dans un livre, il fut écrit que tous les dix ans, la ville de Lyon aurait des malheurs de plus en plus important.

Pour l'instant, non inquiètes mais sur leur gardes, les forces de Lyon magique et normales furent encore renforcées.
La garde est toujours allié avec les druides et Karak Varn.
Pour reparler de Sandra; elle a pris dix ans d'âge, dix ans de sagesse, elle a donc 38 ans désormais, elle tient le coup, et physiquement, ces dix années ne l'ont rendu que plus forte.
_________________
La vie n'est rien d'autre qu'une série de pièces. Et ceux avec qui on est coincés font de notre vie ce qu'elle est.


Dernière édition par LadElskan le Ven 10 Juin - 10:32 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
LadElskan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Jan 2011
Messages: 82
Localisation: lost

MessagePosté le: Ven 10 Juin - 10:18 (2011)    Sujet du message: Chroniques Répondre en citant

Maldrach dol'Arthen





Description       
 
1.80 mètre, des cheveux d’un blond très pale et des yeux gris, Maldrach présente un très beau visage, quoique ceux qui le regardent alors qu’il à l’esprit ailleurs puissent lire une profonde tristesse se dessiner sur ses traits réguliers. Sa mise est généralement négligée, seul comptant pour lui la lutte contre le Mal. Ses manières sont courtoises, bien que parfois un peu brusques.       
 
Maldrach craint par-dessus tout de faillir à son devoir.       
 

Histoire - Jeunesse   
 
  
 
Né dans un royaume des lointaines contrées nordiques, où régnait un puissant dragon d’argent, Menyl’Arfanglith, depuis des temps immémoriaux. Maldrach eut une enfance baignée par les contes et les exploits de sont père, disciple du Dragon-Roi. Dès son plus jeune, âge, il apprit ainsi les légendes de demi dragons, et l’origine perdue dans la nuit des temps de leur lignage, et décida de vouer sa vie, comme son père avant lui, à la défense du royaume de Menyl’Arfanglith.       
 
Alors que le temps passait, il advint que Maldrach, à l’image de son père, présentait les caractéristiques d’un potentiel disciple du protecteur du royaume. Ainsi, le jour de ses 12 ans, il connut l’honneur d’être admis à une audience avec Menyl’Arfanglith. C’est à l’issue de cet entretien qu’il rejoignit les rangs des apprentis des Chevaliers Dragons du royaume.       
 
Pendant cinq ans, il apprit alors à se battre et à maîtriser ses pouvoirs draconiques, le reste de son temps étant réservé aux enseignements sacrés qui lui inculquait l’idéal de vie qu’il devrait suivre durant toute sa vie. C'est aussi durant cette période qu'il rencontra celui qui devait devenir à la fois son ami le plus cher et son plus douloureux souvenir : Ithrandil dol'Naroth, arrivé en même temps que lui.    
 
Ce furent donc cinq années éprouvantes à l’issue desquelles Maldrach devint enfin un Chevalier Dragon. Sortit parmi les premiers de sa promotion, il put choisir son affectation : il partit alors sur les frontières du royaume, à la pointe du combat contre le Mal.       
 
Durant tout ce temps, il n’avait vu Menyl’Arfanglith que deux fois, le jour de ses 12 ans, et 5 ans plus tard, le jour de son adoubement de Chevalier.       
 
Maldrach passa alors une année à combattre sans relâche les hordes toujours plus pressantes d’orques et de gobelins, voire de géants et autre créatures plus maléfiques. Il put ainsi se distinguer pour sa bravoure. Il advint même qu’il fut nommé Garde du Dragon, servant ainsi dans l’entourage immédiat de Menyl’Arfanglith. C’est alors que, venant du Nord, des armées sans nombre ni merci déferlèrent sur l’Anneau d’Argent, comme on appelait le territoire sous l’autorité de Menyl’Arfanglith. Envoyées par un Grand Rouge, Al’Tyrasha, ces hordes sanguinaires dévastèrent le pays, n’en laissant que cendre, malgré le courage des Chevaliers Dragons.     
 
Un jour, alors que Maldrach était en mission Ithrandil,et une escouade de soldats, des guerriers ennemis les prirent en embuscade, soutenu par un puissant sorcier... Là tomba Ithrandil, frappé à mort par de nombreuses épées, alors qu'il protégeait la retraite de ses hommes aux côtés de Maldrach. Celui-ci parvint pourtant à achever les derniers aggresseurs, et put ramener le corps de son ami privé de vie... Mais il était malheureusement trop tard pour lui. A dater de ce jour, le visage de Maldrach resta marqué d'une profonde tristesse, et jamais il ne retrouva le repos ou l'apaisement.     
 
Puis, après un an de conflit, Menyl’Arfanglith affronta le dragon rouge, dans l’espoir de sauver son peuple. Des remparts de la ville, tous purent voir le combat terrible que se livrèrent les deux grands vers dans le ciel. Le combat dura 6 jours et 7 nuits. Au matin du septième jour, Al’Tyrasha l’emporta, et Menyl’Arfanglith tomba lourdement sur le sol, loin de la ville.       
 
Les armées du vainqueur se ruèrent alors avec un ardeur décuplée à l’assaut de la cité, qui tomba en quelques heures. Seul quelques rares personnes parvinrent à s’enfuir, parmi lesquelles était Maldrach. Celui-ci se précipita vers l’endroit ou avait chût son protecteur, le grand dragon d’argent. En arrivant sur les lieux, il constata avec effroi que l’animal fantastique était mort. Pourtant, alors qu’il allait repartir, pour essayer de trouver dans le combat une vengeance et une mort héroïque, la voix profonde de Menyl’Arfanglith retentit une dernière fois : « Ne gaspilles pas ta vie dans un combat sans espoir, mon enfant. J’ai entendu parler d’un puissant dragon, Telperion. Va t’aguerrir auprès de lui, et servir sa cause… Un jour tu reviendras châtier qui de droit, mais pour l’instant, fuit… Pars sur l’heure pour L… »       
 
Obéissant au dernier ordre de son seigneur, Maldrach partit alors, laissant derrière lui un pays en ruine. Pourchassé par de nombreux ennemis, il dut survivre pendant des mois comme un proscrit, rejeté par tous ceux qui reconnaissaient en lui un disciple de Menyl’Arfanglith. Pourtant, à force de recherche et d’abnégation, il parvint enfin aux portes de Lyon, hâve et hagard.       
 
  
 
C’est là qu’il rencontra un jour Dame Bullow, chef de la Garde de Lyon, qui lui proposa de rejoindre les rangs des défenseurs de Lyon. Maldrach accepta, et compta alors à Dame Bullow les raisons qui l’avaient mené là.       
 
Quelques jours plus tard, Il put enfin rencontrer Telperion, qu’il avait si longtemps cherché. Celui-ci, reconnaissant en lui un disciple des dragons d'argent, l'accueillit parmi les siens.    
 
 
 
La vie de Maldrach à Lyon
Une fois qu'il eut rejoint la Garde, Maldrach put faire la connaissance de certains de ses membres, et notemment d'une jeune femme, Lacrima Lunaris, recrutée en même temps que lui. C'est ainsi que, au rythme des entraînement imposés par Dame Bullow, des tours de garde dans Lyon, et des missions extérieures à la ville, Maldrach retrouva les joies de la camaderie militaire et l'exaltation au service d'une cause noble.

Mais un jour, alors qu'il était de garde en ville, des cris retentirent, venant de la forêt attenante à Lyon. Accompagné de Lacrima et Quentin, Maldrahc partit investiguer. Les 3 gardes tombèrent alors sur un étrange groupe, en train de s'acharner sur une jeune femme sans défence. Alors qu'ils se préparaient à intervenir, l'un des inconnus, un mage corrompu, les attaqua sans sommation, mettant les Gardes hors de combat. Seule l'intervention de Dame Bullow permit d'éviter le pire.

La grave blessure subie par Lacrima et la férocité des inconnues rappelèrent de manière très vive à la mémoire de Maldrach des souvenirs de la guerre qui avait ravagé son pays natal, le mettant dans un état second. quoi qu'il en soit, sa détermination à servir la cause d eLyon contre tous ceux qui voudraient du mal à la ville n'en est que grandit, ainsi que son respect pour Chris Bullow.


Maldrach passa donc quelques jours dans un état de profondes apathie. Aussi, Dame Bullow lui accorda quelques jours de repos. Il partit alors de Lyon, et alla errer loin au Nord, ses pas le ramenant de manière presque inconsciente toujours plus près de son pays ruiné. Plus il approchait et plus le nombre des signes du mal qui s'était abattu sur sa terre natale augmentait. Partout, l'on pouvait observer des gibets et des charniers, le sol devenait de plus en plus nu et désolé. Seuls quelques corbeaux et charognards étaient visibles.

C'est alors qu'au détour d'un chemin, Maldrach rencontra l'un des rares êtres vivants à encore vivre dans la région. Celui-ci était l'un der derniers survivants du royaume de Menyl'Arfanglith, et n'avait pu se résigner à quitter sa terre natale, en dépit de la désolation qu'elle était devenue. Maldrach apprit ainsi qu'un certain nombre de ses anciens compagnons avaient pu s'enfuir, tandis que le terrible Al'Tyrasha étayait son pouvoir fraichement conquis.

Ces révélations donnèrent un nouvel espoir à Maldrach, qui rebroussa alors chemin pour se mettre à la recherche de ses anciens camarades... Après quelques temps, il put localiser deux d'entre eux, servant comme mercenaires. Ceux-ci le reconnurent immédiatement et ensemble ils révêrent des temps anciens ou la splendeur de Menyl'Arfanglith rayonnait sur le royaume. Maldrach repartit alors vers le Sud, et vers Lyon, laissant ses anciens compagnons de poursuivre les recherches pour reformer l'antique ordre des Chevaliers-Dragons.

C'est donc le coeur empli d'un espoir nouveau que Maldrach se présenta aux portes de Lyon, quelques temps après, pour reprendre son service de garde.


Paladin de Lyon, Disciple de Telperion, Maldrach s'est illustré dans les guerres contre les ennemis de Lyon. Son courage ne faillit jamais, toujours en première ligne à pourfendre ses adversaires. Depuis, nommé commandant des troupes de Telperion, les bullow ayant quitté la ville, il s'est efforcé de renforcer les effectifs et a aidé de son mieux la nouvelle commandante de la garde. Il a longtemps traqué valandil, mais sans jamais le trouver, jusqu'au jour où ils s'affrontèrent sur le champ de bataille. Le combat entre les deux frères ennemis fut long et violent, mais ne put déterminer aucun vainqueur. Les deux combattants, affaiblis, ne parvinrent jamais à prendre le dessus sur leur adversaire.
Depuis, Maldrach lance de grandes reconnaissances dans le nord, dans le but de reconquérir la terre de ses anc^tres, et venger la mort de son premier gardien. Le temps passé l'a peu marqué, son sang draconien lui assurant une longévité bien supérieur à celle des humains normaux. Il a cependant gagné en sagesse, et s'emporte désormais moins rapidement qu'autrefois, même si la vision de draconiens rouges continue à le mettre dans des états de rage folle.





_________________
La vie n'est rien d'autre qu'une série de pièces. Et ceux avec qui on est coincés font de notre vie ce qu'elle est.


Revenir en haut
LadElskan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Jan 2011
Messages: 82
Localisation: lost

MessagePosté le: Ven 10 Juin - 10:35 (2011)    Sujet du message: Chroniques Répondre en citant

 Les Origines des Marteleurs : 

*Dans la grande bibliothèque de Karak Varn, une foule de jeune nains est rassemblée autour du nouveau livre relié d’or exposé au centre du Grand Hall. Son titre en langue naine signifierait : "Histoire des Marteleurs". 
Le vieux bibliothécaire ouvrit délicatement le livre et commence sa lecture d’une douce et mélodieuse.* 

Les Origines des Marteleurs : 


Autrefois était les ‘Demis-Pleins’, l’ordre nain dirigeant Karak Varn. Durant la grande guerre opposant les Nains aux Gobelins, Orcs et autres Gobelours, la majorité des "Demis-pleins" furent tués dans les grandes : les batailles du Gouffre et des Ponts furent de loin les plus terribles, mais l’armée naine résista et les assaillant furent mis en déroute devant les grandes portes. Les pertes naines étaient énormes… On parle de la moitié de la population de Karak Varn, et ce ne sont encore que les chiffres les plus optimistes… Peu après la Déroute Gobeline, les ‘Demis-Pleins’ furent destitués le conseil Karakéen pour ne pas avoir su défendre la cité assez efficacement. La plupart ‘Demis-Pleins’ déchus s’exilèrent dans les mines et dans les grottes ou abandonnèrent à jamais les montagnes pour rejoindre une vie humaine, dans les cité. En tout cas, plus personne n’en entendis plus parler…


Après la déchéance des ‘Demis-Pleins’ la vie Karakéenne fut agité : tentative de domination de certains groupes, ordres, etc., menant presque à de véritables guerres civiles. Profitant de ces dissensions, les gobelins refirent des alliances avec leurs anciens alliés de ‘La Grande Guerre’. S’ensuivit des enchainements de petits raids éclairs consistant à fragiliser les défenses désorganisées de la cité naine. Les Protecteurs de Karak Varn résistaient tant bien que mal, mais sans personne pour organiser les défenses, ils n'allaient plus résister bien longtemps. 


Après plusieurs jours d’accalmie, un groupe de nains fut envoyé en éclaireur derrière les premières lignes ennemis. Un seul revint, gravement blessé… Ils avaient vus un rassemblement grossissant d’heure en heure, une armée pratiquement aussi importante que celle de La grande Guerre…Un émissaire fut envoyé à Lyon pour leur quérir de l'aide, en appelant à l’antique traité de défense commune. En attendant les renforts, tout les nains se mobilisèrent : les Protecteur de la citée, les Prêtre, les Paladin et même les villageois se préparèrent. Enfin, un bataillon de nains fut posté devant la porte pour ralentir l'ennemi, le reste de l'armée s'étant logé derrière les remparts. 


Après des heures d’attentes interminables, les cris des forces ennemis se firent enfin entendrent jusqu’aux porte de Karak Varn accompagnés des lourds tambours trolls. L’avancée des monstres s’arrêta à cinq cents mètres des remparts. Les chants de guerres nains résonnèrent alors, accompagnés par les bénédictions des prêtres. Le dieu Moradin lui même accompagné les nains dans leur combat à venir et insuffla en eux force et courage.
Et la bataille commença. Les guerriers postés devant la porte tombaient les uns après les autres, succombant sous le nombres... C'était une bataille acharné, les cris des Gobelins et le bruit des haches se fracassant contre les boucliers raisonnait dans la citée, les grottes, et au plus profond des entrailles de la terre... Du bataillon devant la porte restait seulement trois nains… Debout dos à dos devant la grande porte, martelant de leurs haches tout ennemis à portée. Quelques Orcs réussirent cependant à atteindre la porte qui tomba après un long assaut. C'est alors que l'armée postée derrière les remparts entra en action. Lances, haches et épées versées le sang sur les pierres blanche de la magnifique citée. Les nains se défendirent vaillamment, mais leur nombre diminuait devant le flot des ennemis qui semblait ne jamais vouloir se tarir… Le combat sembla durer une éternité, une éternité de sang, de cris, de morts, mais les renforts de Lyon arrivèrent enfin, tel une apparition... Leurs amures brillante tel de l’argent pure, et les casques à panaches, leurs longues lances et leurs épées ,tout cet équipement forgé par les nains, faisant la fierté des nains. Ce fut le tournant de cette bataille : les soldats lyonnais prenant l’armée ennemis par le flanc redonna du courage aux nains qui firent une percé jusqu’au lyonnais, taillant tout ce qui se trouvait sur leur passage. En quelques heures seulement, les gobelins et leurs alliés fuirent en hurlant, mis en déroute par la force combinée de l’alliance des nains et des humains…

Les nains et les humains s’entraidèrent pour ramasser leurs morts et bruler les cadavres des assaillants… Ils ne retrouvèrent que trois survivant du Bataillon de la Grande Porte. Trois nains, affalés dos à dos, ayant perdu connaissance mais serrant toujours leurs haches comme si dans ils s’en servait toujours dans leurs songes…

Quelques jours plus tard, le récit de la bataille était raconté dans toute les taverne de Faerûn, mais l’épisode le plus célèbre et le plus épique était celui des trois ‘Marteleurs’ : les haches de trois nains virevoltant autour deux formant une véritable barrière hachant tout ennemis qui passait à proximité… Les trois seuls survivants de la grande porte… 

Quelques semaines après cette nouvelle guerre, les trois nouveau héros nains : Belgarath, Dolir et Kalmir, furent appelés à créer un nouvel politique et militaire à Karak Varn prenant le rôle des ‘Demis Pleins’. Ils acceptèrent et prirent le noms de: "Marteleurs".


Le bibliothécaire ferma le livre dont seul les premières pages étaient écrites… L’histoire des ‘Marteleurs’ étant toujours à écrire…



Une fois que le vieux bibliothécaire eut fini son histoire, il se leva lentement et déposa avec soin le précieux grimoire dans son alcove. Les jeunes nains, encore sous le charme de cette merveilleuse histoire, se rassemblèrent autour du vieux nain, pour le harceler de questions sur le passé de la cité et les héros de jadis.

C'est alors que le bibliothécaire remarqua le mince filet de fumée s'échappant de derrière un grand fauteuil, posé non loin de la cheminée... Un vieux guerrier nain y était installé depuis le début de son récit, immobile et silencieux, fumant la pipe, un petit sourire énigmatique aux lèvres. Le feu de bois qui réchauffait la pièce illuminait partiellement sa silhouette, révélant une barbe touffu, et des trais ridés. Il portait une armure inhabituelle pour un nain, et à sa ceinture se trouvait une rapière. Le bibliothécaire reconnut bien vite son visiteur. Il renvoya les jeunes nains chez leurs parents, leur promettant de s'étendre d'avantage sur les légendes qui les intéresser plus particulièrement. Puis, tranquillement, il prit place dans le fauteuil voisin du guerrier, toujours immobile et silencieux.

Passèrent ainsi quelques minutes, avant qu'enfin, le visiteur prenne la parole:

"- Alors, c'est ainsi qu'est conté notre histoire aujourd'hui. Déclara-t'il calmement. Cela m'attriste beaucoup.
- Allons. Répondit le bibliothécaire. Comment voudrais-tu que nous la racontions autrement ? Il s'agit de la vérité.
- Nous ne nous sommes jamais attribué le rôle de défenseurs de la cité, tu le sais bien. A la base, nous étions seulement une bande de compagnons, qui ne pensions qu'à guerroyer et festoyer.
- Même si vous avez toujours été trop fiers - et stupides - pour vous mettre au service du conseil, vous étiez notre seul espoir de salut. La cité comptait sur vous... Malgré les nombreuses menaces grandissantes, vous avez continué à vivre la tête dans vos tonneaux. Je dirais bien que vous l'avez mérité, si il n'y avait pas eu tous ces morts par votre faute.
- Tu es bien rude avec nous, noble archiviste. Nous avons combattu plus d'une fois pour la cause de Karak Varn, alors que rien ne nous y obligeait !
- Tu oses prétendre avoir fait de ton mieux. Toi qui plus que n'importe lequel d'entre eux passait ton temps à explorer l'extérieur, laissant la cité sans défenses ! Tu as accompli beaucoup de haut-faits, à la surface, parfois pour de l'or, parfois simplement parce que tu trouvais ça distrayant, ou parce qu'une jeune femme s'y trouvait impliquée. Mais en as-tu jamais accompli un seul pour sortir la cité de péril, sans autre joie que celle de protéger tes frères de sang?
- Tu marques un point, vieil archiviste... Je ne suis pas fait pour être le gardien de ces lieux, je suis las des responsabilités. Ici, je me sentais comme un oiseau pris en cage... Un bien gros oiseau, j'en conviens...
- Tu devrais avoir honte d'oser seulement te montrer encore en ces lieux. Qu'espérais-tu en revenant ici ?
- Le pardon, peut-être. Ou alors, je suis peut-être plus attaché à cette cité que tu ne le crois... Quoi qu'il en soit, je n'ai pas l'intention de rester. D'ailleurs, ma pipe est terminée, je n'ai plus rien à faire ici."

Sur quoi le guerrier se leva lentement, rangea sa pipe, et s'avança vers la double porte barrant la sortie de la bibliothèque. L'archiviste le regarda s'avancer sans rien dire. Juste avant que le nain sorte, il se ravisa:
"- Que penses-tu de ces Martelleurs qui ont désormais la protection de la cité entre leurs mains ?
- Je pense qu'il fut une époque où les nains étaient peut-être un force puissante et soudée... Répondit le guerrier. Mais, ce temps là - celui des haches, des cités souterraines, et des anciens dieux - est révolu. Qu'ils défendent ces ruines poussiéreuses si l'envie les prend. Je leur souhaite bien du courage.
- C'est parce qu'elle est morte pour défendre la cité, que tu es devenu aussi sombre, n'est-ce pas ? Tu lui en veux toujours de ne pas avoir choisi le même chemin que toi ?"

Le guerrier marqua une pause, mais ne répondit rien. Il poussa les portes de la vieille bâtisse, et le bibliothécaire le suivit sur le pallier. Une petit groupe de jeunes nains s'approcha, curieux de connaitre l'identité de ce nain inconnu. Le bibliothécaire leur sourit.
"- Jadis, il fut comme vous, fier et brave. Mais son esprit est mort il y a bien longtemps... Il s'appellait Siegfried."



KALMIR



Voilà 10 ans que Kalmir gouverne avec justesse et force sa belle cité de Karak Varn accompagné de ses Marteleurs et de son meilleur ami Dolir. 10 ans passés pour un Nain n'ayant pas atant d'importance que pour les humains, Kalmir n'a toujours pas perdu sa soif d'aventures, de gloire et de richesses. Il aspire toujours à devenir le plus grand Nain que Karak Varn ait connu, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle il laisse parfois le commandement de Karak Varn à un de ses subordonné pour pouvoir tuer un vieux dragon et découvrir son trésor caché, ou encore détruire tout un fortin orc seul... Mais son plaisir suprême, qui n'a toujours pas changé et qui ne changera probablement jamais, est de passé une bonne soirée à la Taverne, accompagné de ses amis Marteleurs, et de chanter des chansons traditionnelles naines en frappant d'une bonne chope de bière remplie à ras-bords sur la table!

Durant ces 10 années Kalmir a gagné dans les compétences suivantes : 
_ Tenir l'alcool : +19
_ Roter : +23
_ Chant débile : +18
_ Haine des Elfes : +32
_ Minage : +0000 même évolution en : Forge (quel travailleur!)

Enfin, sa barbe s'est allongé de 14 centimètres et il a prit 9 kilos.

Proverbe Nain : Qui boit s'endort, qui dort ne pêche pas, qui ne pêche pas va au paradis. 
Moralité : Buvons!
_________________
La vie n'est rien d'autre qu'une série de pièces. Et ceux avec qui on est coincés font de notre vie ce qu'elle est.


Dernière édition par LadElskan le Ven 10 Juin - 10:43 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
LadElskan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Jan 2011
Messages: 82
Localisation: lost

MessagePosté le: Ven 10 Juin - 10:37 (2011)    Sujet du message: Chroniques Répondre en citant

Pinot Bullow 

« Bon, bas dans le souterrain ou on était enfermé ta vu, j’était la plus jeune j’avais genre 10 ans, et déjà la bas c’était moi qu’on arrêtait pas de faire chier quoi ! Quand l’autre folle a défoncé la porte, on a pu sortir, j’était toute seule, ceux qui était sensé être ma famille s’était tous barré ces enfoirés ! Alors bon ta vu trop pas cool quoi ! 
J’ai donc commencé a chercher ma vrai famille quoi mes parents biologique… 
Bon mon père jl’ai vite capté quoi, c’était genre un pilier de comptoir qui traînait dans le casino a Marseille, alors laisse tomber quoi ! Nan, mais c’est clair quoi ! jpouvais trop pas rester avec lui… Et puis j’ai trouvé ma mère ! 

Bon voila c’était pas la joie quoi non plus… en plus ma mère s’t traînée quoi elle avait déjà d’autre mioche ! pfff franchement c’était clair quoi elle m’aimai pas beaucoup quoi mais bon t’as vu j’avais ma piaule a moi, mais elle me cassait tjrs les pieds genre « Ouai, range ta chambre ! nanani, va aider tes sœur dans le potager nananère etc …. etc … » Pffff trop relou quoi ta vu ! 

Et puis un jour où j’étais tranquille ta vu dans ma chambre, là y’a ma matrice ovarienne qui débarque et genre elle gueule « Ouai, tu pourrais te trouver un boulot quoi ! Regarde ta demi sœur Chris Bullow, elle est devenue une grande paladin chef de j’sais plus trop quoi, gardienne d’une ville qui craint trop nanana etc… » 

Alors ta vu, j’me suis inscrite dans le centre de formation des paladins la je sais plus où… Bon les cours étaient un peut relou, mais les garçons y était trop trop choux … un peut coincés mais choux ! 
Bon j’ai eu mon diplôme au rattrapage… 10,01 de moyenne mention coup de bol ! 
C’était clair quoi qu’avec c’te note pfff y’avais aucune garde qu’a voulu de moi en ville. 
Et puis là ma génitrice, elle me sort que ma demi- sœur Chris bas elle était devenue chef de la garde d’un blède nommé Lyon … alors bon cache j’y suis allez et puis bon, la demi-sœur ma recruté. 

Maintenant jsuis paladin a Lyon et jte jure ma demi-sœur bon elle ma filé une piaule un peut petite et arrête pas de me bassiner avec des trucs genre des missions pour combattre le mal, faire respecter l’ordre etc … j’te jure trop relou ! »
_________________
La vie n'est rien d'autre qu'une série de pièces. Et ceux avec qui on est coincés font de notre vie ce qu'elle est.


Revenir en haut
LadElskan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Jan 2011
Messages: 82
Localisation: lost

MessagePosté le: Ven 10 Juin - 10:46 (2011)    Sujet du message: Chroniques Répondre en citant

Je m'appelle Aeriis Deismistrëiis
Paladine
Demi-Elfe...


Mon humble existance a vu le jour à Lyon,
Ou j'ai passé le plus clair de mon enfance,
Fille unique de mon père, je fut élevée au prix de 1000 sacrifices...
Homme seul, élevant comme il le pouvait sa fille, fruit d'un amour impossible...
Mon cher père était sergent dans la garde de Lyon,
Ou et comment il rencontra ma mère, une jeune elfe, je ne l'ai jamais su,
Ce sujet n'était pas permis hélas, il soulevait une trop grande souffrance je crois...
Je sais que mon père était un homme loyal, 
l'honneur et la justice tenait une place très importante dans sa vie,
comme dans la mienne...
Je fut son apprentie très tôt,
Comme il savais qu'il ne pourrait pas avoir de fils, 
autant qu'il savais qu'il n'aimerais plus jamais d'autres femmes que ma chère mère,
je fut la fille compréhensive, le fils courageux, l'amie a l'écoute, l'alliée en combat,
pour lui je fut tout cela,
en retour, il fut mon père aimé et respecté, mon ami a l'écoute, mon maitre d'arme...
J'ai toujours admis être chanceuse, il a toujours été la pour moi...
Mon père a connus l'amour 2 fois dans sa vie;
Quand il a rencontré ma mère, et le jour ou Athena lui a sauvé la vie sur un champ de bataille...
Ce jour la, mon père était au front, il a bien failli laisser sa vie auprès de ses amis déjà tombés,
une guerre contre la guilde de l'apocalypse faisait rage depuis une longue semaine,
il voulu éviter une mort terrible a son meilleur ami et ce mit en grave péril,
après avoir encaissé 2 coups d'épées dans les flancs, plus une grave blessure a la tête,
il vit une dame toute de blanc vêtue, qui ne lui dit rien mais le soigna presque instantanément,
et s'en alla sans demander ni un merci ni même un regard,
la seule chose que mon père a entendu avant de sombrer dans le coma est son nom,
Athena...
Lorqu'il s'est éveillé, et qu'il m'a raconté,
j'ai trouvé le sens de ma vie et j'ai fait part a mon père de mon voeu d'être paladine...
Alors il approfondit mes connaissances du combat, de la chasse, et du savoir divin,
il m'appris a me sentir aussi bien sur un champ de bataille que la nuit en pleine forêt,
il fit en sorte que j'ai la meilleure éducation possible puis me fit enroler dans l'escadron de fantassins de Lyon,
en temps que vierge de bataille...
Le jour ou j'ai fait voeu, jour bénit, je n'ai jamais vu mon père plus fier...
Depuis ce jour je sert Athena, et ai fait voeu de chasteté et d'honneur, ma vie pour la déesse, et mon âme si elle la désire...

*Aeriis ressert un verre d'hydromel a l'ote de sa table du Bouchon Lyonnais*

Et bien, vous vouliez connaitre mon histoire non?

*Ce ressert un verre également*

A vous maintenant, moi aussi j'aimerais mieux vous connaitre...

___________________________________________________________________________________________________________________________



*Journal de quête d'aeriis Deismisteiis*

Je viens de débarquer à Lyon, cette ville me semble bien paisible, 
malgrès une petite querelle de villageois, 
je pense m'y être bien intégrée...

Ce brave Barack y est pour beaucoup, 
ce gentil nain m'a beaucoup aidé même si il est parfois un peu rustre,
il a un coeur d'or...
Grâce a lui je connais deux endroits fréquentés par quelques monstres sanguinaires,
Il y a une caverne infestée de gargouilles, 
et la forêt de Lyon ou l'on trouve,des gobelins mais aussi, des loups,
des ours,des ogres, des gobelours, sans parler des individus louches de Lyons...
je peux ainsi m'entraîner a volontée,
quelle ivresse,j'aime voir les ténèbres s'éteindre sous ma lame...

Je pense de plus en plus a me faire enrôler dans la garde Lyonnaise
j'ai entendu dire qu'il recrutaient, 
je veux servir la déesse,et si je peux m'installer ici autant trouver une carrière a servir... 

J'ai rencontré une dame Italienne, d'après son accent,
je l'ai protegée de la furie de drôles d'individus,
cela s'est finit à l'arène, je ne me souviens plus de ce qu'il s'est passé,
je me suis réveillée dans ma chambre,
avec des bandages et des cicatrices, quelqu'un m'a soignée mais de quoi... Mystère...
Quelle honte pour une paladine, j'ai failli a mon devoir... 
Je soupçonne la dame Italienne de m'avoir soignée puis ramenée dans ma chambre, 
car mes poches étaient vide...
Cela dit si elle m'a sauvé la vie, les 3 malheureuses pièces d'or qui y trainaient,elle peut les garder...
Pourtant je ne me souviens que d'un seul visage,
celui d'un homme aux yeux clairs et au teint hallé, un visage inconnu...

Cela n'a fait qu'enflammer mon envie d'intégrer la garde, je veux servir ma ville 
et la nettoyer des parasites néfastes...
Ou les aider a ce tourner vers la lumière, La déesse aime le lire arbritre...

J'ai croisé une Dame a l'air fort valeureuse nommée Chris Bullows,
elle m'a donné rendez-vous demain à la cathédrale de Lyon...
Je vais aller faire quelques achats puis je me rendrai a cet entretient,
mon armure a besoin d'un coup de neuf...
J'ai hate de me réveiller demain matin ce sera une journée constructive je pense...
J'espère n'avoir rien fait de mal ce soir,
Athena dans sa grande sagesse me jugera...

_______________________________________________________________________________________________________________________________


*Lettre D'Aeriis Deismistreiis a son père, Constant Deismistreiis dit le brave*

A mon cher père,

Ce sont de bonnes nouvelles que j'ai le bonheur de te faire parvenir... 
Tu sera heureux d'apprendre,
que ta fille viens d'intégrer la garde Lyonaise sous le commandement de Dame Bullow... 

Je suis tellement heureuse d'avoir une telle chance de faire un jour ta fierté,
je te jure de tout mettre en oeuvre pour te faire honneur et proteger notre ville, 
autant que je protège notre petite famille... 

J'aurai aimé que ma mère puisse partager notre joie,
mais je suis sure qu'elle nous regarde et est fière de ce que nous sommes devenus...
Aussi je te prie de faire bruler un peu d'encens dans le mausolée, 
afin que nos prières gagnent encore en ferveur et en amour...

J'ai aussi une triste nouvelle malheureusement...
Les rumeurs de guerre entre Marseille et Lyon sont bien fondées,
en arrivant en ville j'ai eu quelques mots de mauvais ton avec le capitaine de la garde Marseillaise,
alors que je discutait avec un contact à Fourvière...
Cette facheuse rencontre s'est terminée à l'arène, sans graves litiges, heureusement...
J'ai été secourue par une ou un inconnu je ne sais pas trop,
je n'ai pas été gravement blessée mais le doute a envahi mon ame...
Qui m'a sauvée? Est-ce mon contact? Est-ce quelqu'un d'autre? Je ne sais que penser...
Je doit retrouver cette personne a qui je doit la vie, je tacherai de t'en faire le portrait dans une autre lettre,
en ses temps de guerre je n'ai droit qu'a un seul parchemin par missive, les coffres de la ville ce vident trop vite...

En ce qui concerne ma mission, pas d'inquiètude pour toi, cela reste assez administratif pour le moment...
Je suis chargée de recruter, et de controler l'identité des habitants de Lyon,
car le mal essaie toujours de s'enraciner dans notre belle citée, la guerre n'arrangeant rien,
cette mauvaise herbe gronde sous le pavé du faubourg...

Il est temps pour moi de rejoindre la salle d'entrainement au sous sol,
j'ai beaucoup a faire si je veux devenir aussi vaillante que toi mon cher Papa...
Je clos ce parchemin et vais faire couler la cire sur mon coeur,
que je t'envoie avec mes mots...

Avec tout mon amour et toute ma dévotion...
Ta fille bien aimée,

Aeriis.


_________________________________________________________________________________________________


*Journal de quête d'aeriis Deismisteiis*

C'est un grand jour aujourd'hui...
J'ai l'honneur d'être promue au rang de capitaine de la garde de Lyon!!!
Quelle joie je n'en attendait pas autant si vite, et en ces temps troublés,
je suis consciente que ce n'est peut être que temporaire,
mais quelle belle oportunité pour moi de faire le bonheur de mon père...

Mère aussi doit être fière, maintenant, je n'ai plus le choix, je doit être courageuse et loyale,
ou mourrir et la rejoindre ce qui condamnerait mon père a nous suivre sans tarder au royaume des ombres...
Cela ne doit pas arriver, je donnerai ma vie pour le bien et racheterai l'honneur de ma famille,
hors de question de mourrir tant que je n'aurai pas accompli cela...
Que la déesse veille sur nous, serviteur du bien...

Dame Bullow m'entraine souvent dans une lugubre forêt et cela porte ses fruits,
j'ai décidé d'approfondir ma foi et mes dons divins en choississant une nouvelle voie,
celle des pretresse d'athena...
Bien sur je reste avant tout Paladine et vierge de bataille,
car j'ai fait voeux a la déesse et je ne la trahirai jamais...

Ce soir, Dame Bullow et moi avons été confronté a une rixte de clans,
assez impressionante je doit dire,
les orcs de Lyon et les nains de Karak Varn on bien failli entrer en guerre,
une dispute un peu futile fut la braise qui alluma un feu plus ample...
En ses temps troublés une pression grandit au sein de Lyon,
le sang bout dans les veines et provoque souvent des heurs...
Nous, dame paladines avons du jouer le role de mediateurs entre les 2 clans,
et grâce au ciel cela s'est calmé...
La grandeur d'ame de Maitre Barak a réussi a apaiser la soif de sang des orcs mécontants...
Quant aux orcs, ils sont parfois brusques et immatures mais peuvent faire preuve de courage autant que de générosité,
ils sont entiers, aimant ou detestant, c'est extreme mais tout a leur honneur...
Les deux clans on fait allégence a Lyon, ils serons des alliés valeureux je pense...

Je me sui renseignée sur le capitaine de la garde de Lyon,
il semblerait que ce soit le traitre responsable de l'incident diplomatique entre Lyon et Marseille...
Pour mon misterieu sauveur je ne sais rien de plus,
car je n'ai pas revu mon contact depuis...

Il est temps d'éteindre ma chandelle c'est l'extinction des feu...
Je vais rejoindre mes rêves jusqu'a demain,
Qui sais ce que l'avenir me réserve...
Athena puisse tu veiller sur mon ame...


___________________________________________________________________________________________________________________



***Cathédrale de Lyon, il y a quelques lunes***

Dame Bullow pénétra au 1er étage de la cathédrale, essouflée,
portant dans ses bras, le corps inhanimé de sa plus jeune capitaine,
elle posa délicatement la damoiselle sur une couche et lui prodigua les 1ers soins...

=Elle saigne beaucoup mais devrait s'en sortir...

Pensa Chris en regardant Aeriis avec inquiètude.
Un nain suivis de prés par quelques gardes entrèrent dans la pièce,
dame Bullow demanda au père Grégoire de prendre soin d'Aeriis,
après s'être assurée de la survie de la demi elfe blessée,
les questions fusèrent de toutes pars...
Qui? Pourquoi? Ou? Comment?
Chris Bullow avais bien une idée mais devrais attendre le réveille d'Aeriis pour être fixée...
Quant aux témoins? Y en a t il seulement eu?
Une rixte dans dans le bois de Lyon, voila un evenement plus que commun...
Ce qui est sur c'est qu'une insulte pareille aux Paladins ne restera pas impayée...
Il faut un coupable... Mais qui?


______________________________________________________________________________________________________________________


***Cathédrale de Lyon, une nuit il n'y a pas si longtemps***

Aeriis sortit de sa chambre discretement,
difficile de ce déplacer silencieusement avec sa jambe encore douloureuse,
la pauvre allais surment passer sa vie a boiter a présent...
Elle chercha des information sur son accident,
et ne trouva pas ce qu'elle cherchais...
Le cahier des charges ne lui appris pas grand chose qu'elle ne savais deja...
Cepandant elle en parcouru quelques chapitres,
un chapitre en particulier attira son attention,
la bataille avec la guilde de l'apocalypse qui avais précedé son accident...

Sous le récit peu glorieux de l'escarmouche,
la liste des hommes tombés au combat et en haut de celle ci...

***Choc***

Corr!!!
Aeriis ne put s'empecher de crier ce prénom,
tirant Chris Bullow de son sommeil...
Quand le commandant entra dans la salle de repos
et trouva son capitaine pleurant avec rage et incompréhension,
elle ce fit compréhensive...

_Pourquoi??? Pourquoi ne m'avoir rien dit??

Demanda Aeriis entre deux sanglots

=Tu étais dans le coma lorsqu'il a été mis en terre, je ne voulais pas te brusquer,
=De plus tu n'est pas encore guérie...
_Je n'ai même pas pu lui faire mes adieux...

Chris pris Aeriis dans ses bras, et la réconforta,
elles prirent ensuite toute deux le chemin du cimmetiere de Lyon...
La lune eclairais les perles salées qui roulainent le long des joues du jeune capitaine,
qui trainais sa jambe douloureuse en boitillant a coté de Chris
Elles resterent un moment penchées sur la tombe du vaillant Corr'Tex,
Aeriis laissa sur sa tombe la medaille qu'on lui avais decerné pour sa blessure de guerre...
L'aube embrasais le ciel de ses rayons lorsque les deux dames quitterent la terre des morts,
pour rejoindre celle des vivants...


______________________________________________________________________________________________________



Aeriis et Dame Bullow etaient en train de rire franchement sur la place du Faubourg, 
lorsque le ciel s'assombrit trop rapidement pour que ça soir naturel...
Un souffle sombre entourra les deux dames du bien,
pas trop appeurées, mais loin d'etre rassurées...
Soudain le souffle s'intensifia et un ombre humanoide apparut,
plus sombre que la brume etrange qui l'entourais,
un vampire leur faisait face, l'air narquoi et mesquin même a travers son casque...
=Vooooouuuuus ne ppppooouuuvez riiiiieeeeennnn contre noooouuus...
=Nous sommes partout
=Nous sommes le mal
=Vous ne nous laissez pas le choix...
=Vous allez perir dans votre linceuil siiiii blllaaaannc!!!!
=AAAAAaaaah ah ah ah ah...

Lorque Aeriis essaya de frapper le vampire, elle ce transforma en Pierre...
Chris etais maintenant seule face au vampire.
Elle lui voulut saisir son casque et lui arracher mais n'attrapa que de la brume...
Le vampire disparut comme il etait arrivé,
laissant Aeriis petrifiée et Chris un pe perplexe...
Mais Chris n'étais pas au bout de ses surprises...
Deux horribles molosses passerent les portes de la ville,
suivie de près par une drole de démonne en armure...
Les gardes comme hypnotisés ne bougerent pas, et la démonne vint ce pavaner devant Chris,
sans aucunes gene ni modestie...
Elle dit a Chris;

=Le mal a sa place ici comme ailleurs
=Vous ne nous arreterez jamais...
_Qui etes vous?!!!

Lança Chris impressionnée et sur ses gardes

=Elle... 

Fit la démonne avant de tourner les talons et regagner la porte par ou elle était arrivée,
en toute tranquilité...
Les deux molosses qui l'accopagnaient resterent sur la place du faubourg,
et dés que Elle eu passé les portes, ce mirent a attaquer tout ce qui bougeais...
Ils furent rapidement maitrisés pa la garde, qui repris ses esprits comme par enchantement 
et leur carcasse fut laissée aux animeaux de la foret,
au bout de deux pieux...
Quant a la pauvre Aeriis, toujours pétrifiée,
elle fut enmenée par la garde et Chris a la cathédrale,
ou un pretre la libera de la pierre...



Lorque Aeriis trouva la lettre de Chris ou elle ce confiait sur son intention de ce rendre a l'apocalypse,
en échange des nombreux otages prisonniers de la guilde infernale, la jeune capitaine, sur une decision impulsive,
traversa la ville aussi vite que son handicape pouvait lui permettre, lorsqu'elle sortit de la ville, il etais deja trop tard...
Le corps nu et mutilé de Chris reposait la, a l'entrée de Lyon,
le sceau de l'apocalypse incrusté dans la chair a hauteur du plexus solaire, et les entrailles au dehors...
Aeriis s'effondra en pleure sur le corps de celle qui avait été d'abord son modele, et ensuite... Sa meilleure amie...
Elle prit son courage a deux main et souleva le corps apres l'avoir recouvert pudiquement de sa cape...
Elle travera la ville sous les yeux des badaux, en pleurant, elle deposa le corps sans vie sur l'autel de la cathédrale...
Une autre surprise attendait Aeriis, en allant prevenir Telperion, elle remarqua une etrange lettre sur son bureau...
Le parchemin ne portait aucune signature, et aucun sceau, mais l'écriture lui rappellais etrangement celle de son ami,
pourtant tombé lui aussi apres la bataille contre l'apocalypse qui vallut a Aeriis sa démarche boitillante...
"Corr" souffle Aeriis entre deux sanglots...
D'apres sa lettre, il attendait Aeriis dans les bois de Lyon, derrière la tour de Laxine...
Aeriis, portée par une bouffée d'espoir ce precipita dans les bois, ou Minus, le famillier de Corr,
guida Aeriis vers son ami bien vivant...
Apres un bref instant de joie, Corr mesura l'empleur du drame et prit le chemin de la cathédrale avec Aeriis,
il ce receuillirent ensemble et essayerent en vain de contacter l'esprit de Chris...
En attendant l'aide de Telperion, une riposte contre la guilde despotique s'organisera...


Aeriis disparu de la cathédrale et de Lyon le jour ou les funerailles de Chris furent effectives...
Nulle ne sait si Aeriis a déserté ou a tout simplement disparu...
Un sac plein fut retrouvé a coté d'une lettre de démission innachevée...
Quelques gouttes de sang et sa lame fétiche furent retrouvées dans sa chambre,
ainsi qu'une fiole de sang de dragon entourrée d'une ruban bleu et vert...
_________________
La vie n'est rien d'autre qu'une série de pièces. Et ceux avec qui on est coincés font de notre vie ce qu'elle est.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:27 (2018)    Sujet du message: Chroniques

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    themeadowsofheaven Index du Forum -> The meadows of heaven -> Vos récits Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com